Étude DCCT/EDIC 30 ans après : le poids pourrait être au cœur de tous les risques ?


  • Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Le suivi à long terme des individus diabétiques de type 1 ayant participé à l’étude DCCT/EDIC (Diabete Control and Complications Trial/Epidemiology of Diabetes Interventions and Complications) offre l’opportunité d’évaluer la relation entre les doses d’insuline administrées dans le temps, l’évolution des facteurs de risque cardiovasculaire et la survenue d’événement cardiovasculaire. Les résultats des analyses menées après 30 ans de suivi montrent que les fortes doses d’insuline seraient significativement associées à l’aggravation de certains facteurs de risque cardiovasculaires (augmentation du poids (chez l’homme), augmentation de la fréquence cardiaque et des taux de triglycérides). En revanche, après ajustement à d’autres facteurs de risque cardiovasculaire connus, aucune association n’a été mise en évidence entre l’augmentation des doses d’insuline et la survenue d’événements cardiovasculaires. La résistance à l’insuline et l’augmentation du poids liées à l’insuline pourraient être au cœur de ce processus.

Pourquoi cette étude est intéressante ?

Il existe peu de données dans la littérature sur la relation des variations dans le temps des doses d’insuline administrées chez les diabétiques de type 1 et les marqueurs du risque cardiovasculaire. Or, l’âge, le gain de poids, les variations de la composition du corps et la résistance à l’insuline sont autant de facteurs qui évoluent au cours du temps et qui peuvent impacter cette relation. La mise en exergue du rôle du poids pourrait renforcer la nécessité de mettre en place des mesures préventives sur cet aspect.

Méthodologie

L’étude DCCT/EDIC a inclus 1.441 diabétiques de type 1 (13-39 ans) entre 1983 et 1989. 711 sujets ont reçu un traitement intensif par insuline avec l’objectif d’atteindre des valeurs de glycémie et d’HbA1c aussi proches que possible des valeurs normales et 730 individus ont reçu un traitement conventionnel par insuline avec l’objectif d’avoir un équilibre glycémique sans symptôme d’hyper- ou d’hypoglycémie. Deux cohortes ont été identifiées :

  • Sujets ayant 1-5 ans de diabète (n=726), sans rétinopathie, taux d’albuminurie
  • Sujets ayant 1-15 ans de diabète (n=715), ayant une rétinopathie non proliférative faible à modérée, taux d’albuminurie ≤200 mg/24h.

DCCT s’est terminée en 1993, après un suivi moyen de 6,5 ans. Les sujets traités par une dose conventionnelle d’insuline ont été invités à suivre un traitement intensif. Puis 96% des patients de la cohorte DCCT ont été enrôlés en 1994 dans l’étude de suivi observationnel EDIC, et 1.251 de ces sujets ont ensuite été suivis durant 20 ans.

Principaux résultats

  • Si à l’inclusion les caractéristiques des individus des deux groupes (intensif et conventionnel) étaient similaires hormis une pression artérielle systolique et un poids chez les hommes légèrement plus élevés dans le groupe conventionnel, il n’en était plus de même 30 ans plus tard. En effet, les individus qui avaient été traités par doses conventionnelles d’insuline avaient une HbA1c significativement supérieure aux autres sujets (8,4 vs 7,9, p
  • Si les doses d’insuline administrées étaient supérieures dans le bras traitement intensif durant l’étude DCCT, elles ont décliné doucement dans les deux groupes au cours du suivi EDIC pour atteindre des niveaux similaires à 30 ans. Par ailleurs, il n’y avait pas de différence de doses d’insuline en fonction de l’ancienneté ou en fonction de la présence de comorbidités (entre les deux cohortes évaluées).
  • De manière cohérente avec le protocole de l’étude, les doses d’insuline augmentaient avec l’HbA1c dans le bras de traitement intensif, alors qu’elles restaient stables malgré l’augmentation de l’HbA1c dans l’autre bras.