État des lieux européen de la prise en charge du rétrécissement aortique sévère

  • Frey N & al.
  • Heart
  • 13 juil. 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Le registre européen IMPULSE permet de connaître le profil actuel des patients pour lesquels un diagnostic de rétrécissement aortique sévère est diagnostiqué en centre tertiaire. Il décrit des écarts entre les pratiques de prise en charge du rétrécissement aortique sévère et les recommandations. Ainsi, plus de 20% des sujets souffrant de forme symptomatique ne bénéficie pas d’un remplacement valvulaire, alors que plus d’un tiers de ceux qui sont asymptomatiques sont orientés vers l’intervention.

Intérêt du registre IMPULSE

Le remplacement valvulaire aortique par voie chirurgicale (SAVR, Surgical aortic valve replacement ) puis percutanée (TAVR, Transcatheter aortic valve replacement ) ont progressivement permis de proposer un traitement efficace pour les patients présentant une contre-indication à la chirurgie (comorbidité, fragilité). Mais la façon dont la prise en charge de ces patients a évolué n’a pas été récemment décrite dans le cadre d’études larges, ni la façon dont leur profil a pu changer au fil des ans. IMPULSE est un registre européen (Allemagne, Autriche, Espagne, France, Italie, Pays-Bas, République Tchèque, Royaume-Uni, Suisse).  Tous les patients reçus dans l’un des 23 centres tertiaires participants étaient inclus dès lors qu’ils avaient au moins 18 ans et présentaient un diagnostic de rétrécissement aortique sévère.

Principaux résultats

Au total, l’analyse a été menée auprès de 2.171 patients, avec un âge moyen de 77,9 ans (48,0% de femmes), soit des sujets plus âgés que ceux ayant contribué aux données européennes datant de la précédente décennie : ce résultat suggère un développement retardé du rétrécissement aortique, ou l’orientation plus fréquente des patients âgés vers les centres tertiaires depuis l’avènement du TAVR.

En moyenne, les patients présentaient une surface valvulaire indexée de 0,40 cm²/m², une vitesse maximale du sang transvalvulaire de 4,3 m/s et un gradient moyen de 47,1 mmHg. Une régurgitation aortique ou mitrale de grade III ou IV était observée chez respectivement 8,1% et 10,7% des patients, et une régurgitation tricuspide de même grade chez 7,9% d’entre eux. En termes de comorbidités, 15,9% de la population présentait une fibrillation atriale et 25,3% une insuffisance rénale sévère.

Au total, 1.743 (80,3%) étaient classés comme symptomatiques, les autres comme asymptomatiques. Parmi eux, 23,8% n’ont pas eu de remplacement valvulaire, tandis que le TAVR et le SAVR étaient proposés chez 50,4% et 25,8% d’entre eux. Les 428 autres patients étaient considérés comme asymptomatiques : parmi eux, 22,4% ont bénéficié d’un TAVR et 16,6% d’un SAVR, alors que 13,3% avaient une indication de classe I ou IIa pour le remplacement valvulaire.