Et si diminuer la sédentarité des pré-scolaires passait aussi par moins de temps devant les écrans dès le plus jeune âge…

  • Chen B & al.
  • Lancet Child Adolesc Health
  • 1 mars 2020

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Une étude vient d’évaluer l’impact du temps d’utilisation d’écrans entre 2 et 3 ans sur les troubles du sommeil, la sédentarité et l’activité physique à l’âge de 5 ans et demi. Les résultats montrent que les enfants qui passent 3 heures ou plus devant les écrans (télévision ou appareils portables) entre 2-3 ans sont significativement plus sédentaires et pratiquent moins souvent une activité physique à l’âge de 5 ans et demi que ceux qui passent une heure ou moins par jour devant un écran. Ainsi, limiter le temps d’écran chez les tout petits serait associé à une vie plus saine plus tard.

Intérêt de ces résultats en pratique ?

De plus en plus de données montrent que l’adhésion de comportements associés à une vie saine chez les enfants favorise la persistance de ces comportements à l’adolescence et à l’âge adulte. Ces résultats confortent les données montrant les bénéfices de la limitation des écrans quels qu’ils soient chez les plus jeunes.

Protocole de l’étude

L’étude GUSTO (Growing Up in Singapore Towards Healthy Outcome) a débuté en 2009 à Singapour et elle est actuellement encore en cours. Il s’agit d’une étude longitudinale qui suit une cohorte de naissance. Des femmes enceintes ont été recrutées dès leur première échographie dans deux grandes maternités publiques de la ville. Des informations auto-déclarées par les parents ont été collectées lors d’une consultation entre 2 et 3 ans. Puis, à 5 ans et demi, les comportements physiques des enfants ont été mesurés durant 7 jours consécutifs à l’aide d’un accéléromètre porté au poignet. 

Principaux résultats

Au total, entre juin 2009 et octobre 2010, 1.247 femmes enceintes ont été recrutées, les données de 987 enfants ont été recueillies à l’âge de 2 ou 3 ans, et 840 à l’âge de 5 ans et demi (552 avaient au moins 3 jours de données consécutives d’accéléromètre). Le temps moyen d’écran à 2-3 ans était de 2,5 heures par jour (principalement la télévision et des écrans portables). 

Les résultats ont montré :

  • Une relation inverse entre le temps d’écran à l’âge de 2-3 ans et le temps passé au lit et la pratique d’une activité physique légère ou modérée à intense à 5 ans et demi.
  • Par rapport aux enfants qui passaient moins d’une heure devant un écran par jour à l’âge de 2-3 ans, ceux qui passaient 3 heures ou plus étaient plus sédentaires (439,8 versus 480 minutes/jour), avaient une durée d’activité physique moindre (384,6 versus 356,2 minutes/jour pour les activités physiques de faible intensité et 76,2 versus 63,4 minutes/jour pour les activités physiques modérées à intenses) à l’âge de 5 ans et demi.
  • En revanche, contrairement à d’autres études, il n’y avait pas de différence significative entre les deux groupes en ce qui concerne le temps de sommeil. 

Ces tendances étaient similaires lorsque les analyses spécifiquement sur un type d’écran. 

Limitations de l’étude

Les données recueillies pour le temps d’écran étaient auto-déclarées par les parents.