ESTRO 2019 – Curiethérapie pour le traitement du cancer de la prostate localisé : une dose unique suffit-elle ?


  • Elena Riboldi — Agenzia Zoe
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

  • La curiethérapie (CT) à haut débit de dose (HDD), administrée en une dose unique de 19 Gy, est une monothérapie sûre et efficace pour le traitement du cancer de la prostate à faible risque, mais elle est sous-optimale pour les patients à risque intermédiaire et élevé, en raison d’un risque non négligeable de récidives locales.

 

Pourquoi est-ce important 

  • Une CT HDD à fraction unique serait rentable et plus acceptable pour le patient.

 

Protocole de l’étude 

  • Entre 2013 et 2018, dans le cadre d’un protocole national britannique, 441 patients atteints d’un cancer de la prostate localisé ont été traités par une dose unique de 19 Gy de CT HDD, administrée en une seule exposition au traitement.
  • Les patients ont été stratifiés selon la classification D’Amico : à faible risque (n = 44), à risque intermédiaire (n = 285) et à risque élevé (n = 112).
  • Le critère d’évaluation principal était le taux de survie sans progression biochimique (SSPb).
  • L’échec biochimique était défini comme une augmentation de l’antigène spécifique de la prostate de ≥ 2 ng/ml au-delà du nadir après la CT.

Principaux résultats 

  • La durée de suivi médiane était de 26 mois.
  • Les taux de SSPb à 3 ans étaient de 88 % (ensemble des patients), 100 % (patients à faible risque), 86 % (patients à risque intermédiaire) et 75 % (patients à risque élevé).
  • Les sites de rechute ont été identifiés à l’examen radiologique dans 25 des 40 échecs biochimiques : 15 présentaient une récidive locale au niveau de la prostate.
  • Les taux de prévalence pour la toxicité aiguë de grade 2 étaient de 12 % pour la toxicité génito-urinaire et de 3 % pour la toxicité gastro-intestinale ; aucune toxicité aiguë de grade 3-4 n’a été signalée.
  • 4 patients ont développé une toxicité tardive de grade 3 (2 sténoses urétrales traitées par voie chirurgicale, 2 fistules rectales nécessitant une colostomie).

Financement  

  • Le recueil/la gestion des données a été soutenu(e) par Varian Medical Systems.

 

Commentaires des experts

« Cette recherche suggère qu’un traitement unique par curiethérapie à haut débit de dose pourrait constituer une très bonne option pour de nombreux hommes atteints d’un cancer de la prostate. La technologie et l’expertise nécessaires à l’administration de ce traitement ne sont pas encore disponibles dans tous les centres anticancéreux. Cependant, étant donné qu’il pourrait faire économiser du temps et de l’argent aux hôpitaux, et avoir des effets bénéfiques pour les patients, il serait donc approprié d’investir dans ce type de radiothérapie. » Dr Bradley Pieters, radio-oncologue au Centre médical universitaire d’Amsterdam, Président du comité de curiethérapie de l’ESTRO.