Esthétique : les injections d’acide hyaluronique sont réservées aux médecins

  • Stéphanie Lavaud

  • Nathalie Barrès
  • Actualités Médicales par Medscape
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L'Agence nationale de sécurité des médicaments (ANSM) est récemment revenue sur certaines règles concernant ces actes.

Face à la recrudescence d’effets indésirables (voir plus bas), l’ANSM rappelle que seuls les médecins sont habilités à réaliser des injections d’acide hyaluronique à visée esthétique. Quand ce n’est pas le cas, ces pratiques peuvent s’avérer dangereuses et elles sont, quoi qu’il en soit, interdites [1].

Depuis le début de l’année 2022, l’ANSM a reçu une quarantaine de déclarations d’effets indésirables suite à des injections d’acide hyaluronique visant à combler les rides ou à modifier le volume corporel, réalisées par des personnes – lorsque leur profession est connue – non autorisées. « Ces effets indésirables, pouvant aller jusqu’à des infections graves ou des nécroses de la peau, sont majoritairement liés à des pratiques non conformes, telles qu’un non-respect des conditions d’hygiène ou une injection mal réalisée » précise l’ANSM.

Interrogatoire clinique et information éclairée

Les acides hyaluroniques injectables à visée esthétique sont résorbables sur une durée plus ou moins longue selon leur nature et leur concentration. L’ANSM rappelle que leur injection nécessite la réalisation d’un interrogatoire clinique, pour vérifier notamment les antécédents médicaux du patient (allergies, maladies auto-immunes, etc.) et choisir les produits adaptés à la zone d’injection. Par ailleurs, l’utilisation de ces produits nécessite une information éclairée de la personne qui reçoit l’injection sur les effets et les risques encourus, ainsi que la traçabilité du produit injecté (type, marque, numéro de lot), qui doit être conservée par le praticien.

Pour toutes ces raisons, leur utilisation est réglementée et réservée aux médecins. Sachant que dans un cadre thérapeutique tel que le « traitement d’une pathologie bucco-dentaire », les chirurgiens-dentistes peuvent utiliser les produits injectables de comblement au niveau des lèvres et du sillon nasogénien.

Les effets indésirables les plus fréquents à court terme, liés à une mauvaise utilisation de ces produits, sont :

Si l’injection du produit ne respecte pas les règles d’asepsie :

  • infection locale de la zone où le produit a été injecté, qui peut se généraliser (septicémie) si l’infection localisée n’est pas prise en charge rapidement ;

  • contaminations virales (dont VIH) ou bactériennes si le matériel utilisé est partagé.

Si l’injection du produit est réalisée dans un vaisseau sanguin :

  • nécrose pouvant conduire à l’amputation des tissus si le produit est injecté dans un vaisseau sanguin,

  • perte de la vue (cécité) s’il s’agit d’un vaisseau qui irrigue l’œil.

À long terme, les risques sont la mauvaise position du produit injecté due à sa migration et l’inflammation des tissus injectés.

Cet article a été écrit par Stéphanie Lavaud et initialement publié sur Medscape.