Est-ce vraiment judicieux de limiter le test de dépistage du cancer colorectal aux 50-74 ans ?

  • World J Gastrointest Oncol

  • Par Nathalie Barrès
  • Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Comme dans de nombreux autres pays, le programme français de dépistage du cancer colorectal (CCR) s’adresse aux individus âgés entre 50 et 74 ans. Cependant, certains s’interrogent… pourquoi l’arrêter à 74 ans alors que l’incidence de ce cancer est élevé chez les plus âgés ? Une étude française montre un fort taux de tests de dépistage positifs au-delà de 75 ans, un taux élevé de coloscopie post-test positif et une incidence des CCR détectés plus que doublée par rapport à celle mentionnée par le programme de dépistage organisé.

Pourquoi cette étude est intéressante ?

Cette étude s’est intéressée au dépistage du CCR chez une population hors recommandation. Les résultats mis en évidence sont très importants et pourraient inciter à prolonger l’âge du recrutement pour le dépistage du CCR en France. Certes le taux élevé de détection du CCR mentionné dans cette étude est en partie le fait de l’âge élevé, car entre 40 et 80 ans, l’incidence du CCR double presque tous les 10 ans et 45% des CCR sont diagnostiqués chez les plus de 75 ans. L’âge moyen de détection était de 77 ans et pourrait inciter à dépister les sujets en bonne santé jusqu’à 80 ans. Enfin, plus d’un quart des tests effectués l’ont été sous recommandation médicale et non suite à une sollicitation liée au programme de dépistage national. Ceci suggère une implication forte des médecins de ville, dont les médecins généralistes. 

Méthodologie

Cette étude française a été menée en incluant 18.704 sujets âgés de 75 ans et plus (56,3% de femmes) de 11 départements, ayant réalisé un dépistage du cancer colorectal entre janvier 2008 et décembre 2017. Les tests réalisés à partir de la sollicitation du centre local de dépistage du cancer ont été distingués de ceux réalisés à partir d’une demande du médecin traitant ou d’une autre source.

Principaux résultats

Sur l’ensemble des 18.995 tests de dépistage réalisés, 83,5% ont été réalisés chez les individus de 75 ans, 13,4% entre 76 et 80 ans et 3,1% chez des plus de 80 ans. Sur l’ensemble de la population, 250 ont réalisé au moins deux tests après l’âge de 74 ans. L’âge moyen au moment du test était de 75,7 ± 1,4 ans. Au total, 79,5% (n=14.875) des individus de la population suivie avaient déjà reçu au moins une invitation à participer à un test de dépistage du CCR, et 73,6% y avaient participé. Sur l’ensemble des tests, 3,7% étaient positifs, et 13,2% n’ont cependant pas pu être réalisés (majoritairement parce que le laboratoire refusait d’analyser un test d’une personne de 77 ans ou plus). Au total, 81,3% des coloscopies prescrites ont été réalisées. Le taux de détection d’une lésion tumorale (polype à haut risque, faible risque ou à risque indéterminé) était de 19,3/1,000, et le taux de CCR de 3,7/1,000.

Sur les cas qui avaient une lésion, 18,0% des sujets n’avaient jamais pratiqué de test de dépistage du cancer colorectal dans le cadre du programme national.

L’âge moyen au diagnostic d’une tumeur était de 75,4 ans pour les polypes à faible risque, 75,4 ans pour les polypes à haut risque et 77,0 ans pour les CCR.