Essai de phase III du véliparib dans le cadre du carcinome ovarien séreux de haut grade


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

De nouveaux résultats suggèrent qu’un traitement d’induction par carboplatine, paclitaxel et véliparib, suivi d’un traitement d’entretien par véliparib, améliore significativement la survie sans progression (SSP), par rapport à un traitement d’induction par carboplatine et paclitaxel seul, dans le cadre du carcinome ovarien séreux de haut grade non traité.

L’essai de phase III international et contrôlé par placebo a randomisé 1 140 patientes pour recevoir une chimiothérapie associée à un placebo suivie d’un traitement d’entretien par placebo (traitement témoin), une chimiothérapie associée au véliparib suivie d’un traitement d’entretien par placebo (association avec le véliparib uniquement) ou à une chimiothérapie associée au véliparib suivie d’un traitement d’entretien par véliparib (véliparib tout au long du traitement).

Dans la cohorte avec mutation BRCA, la SSP médiane était de 34,7 mois dans le groupe du véliparib tout au long du traitement et de 22,0 mois dans le groupe témoin (RR pour la progression de la maladie ou le décès : 0,44 ; IC à 95 % : 0,28–0,68 ; P BRCA), la SSP était de 31,9 mois et de 20,5 mois (RR : 0,57 ; IC à 95 % : 0,43–0,76 ; P 

Le véliparib ajouté à la chimiothérapie a conduit à une incidence plus élevée de l’anémie et de la thrombopénie, et était généralement associé à des nausées et de la fatigue. Il n’a toutefois pas affecté de manière défavorable la qualité de vie des patientes, comme indiqué dans les enquêtes.

L’étude a été publiée dans la revue New England Journal of Medicine.