ESMO : une nouvelle échelle définit l’intérêt clinique de différents biomarqueurs des cancers


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La Société européenne d’oncologie médicale (European Society for Medical Oncology, ESMO) a lancé l’échelle de l’ESMO sur l’actionnabilité clinique de cibles moléculaires (ESMO Scale of Clinical Actionability for molecular Targets, ESCAT) qui classe les données probantes cliniques concernant l’utilisation de cibles moléculaires dans les décisions thérapeutiques.

L’ESCAT établit six niveaux de données probantes cliniques. Le niveau I définit les cibles prêtes à être mises en œuvre dans les décisions cliniques courantes, et comprend le HER2 dans le cancer du sein, le BRCA 1/2 dans le cancer du sein et de l’ovaire, ainsi que le BRAF dans le mélanome métastatique. Figurent également dans cette catégorie l’EGFR et les ROS1/ALK dans le cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) ainsi que le TRK et le PD1 dans plusieurs tumeurs malignes.

Le niveau II définit les cibles expérimentales susceptibles d’apporter des bénéfices, mais pour lesquelles des données supplémentaires sont nécessaires, comme la voie PTEN (PIK3CA, AKT1). Le niveau III classe les cibles ayant démontré un bénéfice dans d’autres types de tumeurs ou pour des cibles moléculaires similaires et comprend le BRAF dans le cancer non mélanome. Le niveau IV définit les cibles pour lesquelles il existe des données probantes précliniques d’actionnabilité. Enfin, le niveau V comprend les cibles pour lesquelles les données probantes plaident en faveur d’approches de ciblage combinées.

Le professeur Fabrice André, président du Groupe de travail de l’ESMO sur la recherche translationnelle et la médecine de précision, a indiqué que la nouvelle échelle aidera les médecins à faire la distinction entre les informations génomiques qui sont importantes pour les décisions ayant trait aux médicaments ciblés ou à l’accès aux essais cliniques, et celles qui ne sont pas pertinentes.