ESMO-IO 2019 — Commentaire d’expert : Quelles sont les avancées les plus révolutionnaires concernant l’immunothérapie dans le cadre du cancer du sein ?


  • Carolina Rojido
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Dr Giuseppe Curigliano, PhD, maître de conférences en oncologie médicale à l’Université de Milan et directeur du département de développement précoce des médicaments à l’Institut européen d’oncologie à Milan, en Italie

Quelles sont les avancées les plus révolutionnaires concernant l’immunothérapie dans le cadre du cancer du sein ?

Deux ensembles de données vont révolutionner la pratique.

  • Le premier concerne les patientes atteintes d’un cancer du sein triple négatif métastatique, pour lequel l’association atézolizumab et nab-paclitaxel apporte un bénéfice clair pour les patientes présentant une surexpression de PD-L1 au niveau de la tumeur primitive. Chez ces patientes, un bénéfice de survie globale et de survie sans progression a enfin été observé, c’est pourquoi ce traitement combiné a été autorisé par la FDA et l’EMA pour le traitement de première intention du cancer du sein triple négatif métastatique.
  • Le second concerne le contexte néoadjuvant, les patientes candidates à une intervention chirurgicale qui reçoivent un traitement thérapeutique avant l’intervention. L’essai Keynote 522 est un essai remarquable, dans lequel des patientes atteintes d’un cancer du sein précoce et triple négatif ont reçu une chimiothérapie standard, avec ou sans pembrolizumab. Ce qui est impressionnant, c’est que l’ajout de pembrolizumab a augmenté le taux de réponse complète pathologique (RCp), qui constitue un critère d’évaluation très important dans le cadre du traitement néoadjuvant, car la RCp est associée au résultat, spécifiquement la survie sans événement. La RCp est passée de 50 % à 64 %, ce qui représente une augmentation statistiquement significative et, si je dois me risquer à faire une prédiction, je suis convaincu que le pembrolizumab sera autorisé en contexte néoadjuvant.
  • L’essai Keynote 522 a produit un autre résultat important : si vous examinez les données sur la survie sans événement, en termes d’apparition de métastases, il est évident que moins d’événements sont survenus dans le bras qui a reçu du pembrolizumab.

Qu’en est-il des événements indésirables liés à l’immunothérapie ?

L’événement indésirable le plus fréquent, que ce soit en contexte métastatique ou en contexte néoadjuvant, est un événement indésirable endocrinien, l’hypothyroïdie, dont le taux est proche de 15 %. Il s’agit donc d’une toxicité fréquente avec les inhibiteurs de point de contrôle immunitaire qui n’affecte de manière générale pas considérablement la qualité de vie des patientes. Par exemple, au début, dans le traitement du mélanome, l’observation de ces événements indésirables endocriniens était bien sûr un problème. Aujourd’hui, ce n’est cependant plus le cas, car le bénéfice est bien plus significatif que les effets secondaires, mais l’événement le plus fréquent demeure l’hypothyroïdie.

À quoi peut-on s’attendre en ce qui concerne l’imagerie de suivi du cancer du sein en contexte néoadjuvant ?

  • Pour l’instant, nous réalisons une mammographie, une échographie et une IRM. En général, la concordance entre l’imagerie et le résultat final de l’intervention chirurgicale n’est pas de 100 %.
  • À l’avenir cependant, l’imagerie sera plus sophistiquée grâce à l’intégration de la radiomique, l’intelligence artificielle regroupant les données d’analyse des clichés d’imagerie, qui nous permettra d’identifier des groupements qui faciliteront le diagnostic.
  • Par ailleurs, nous pourrons également avoir recours à la biopsie liquide, qui consiste à utiliser du sang circulant pour détecter des fragments d’ADN tumoral circulant.
  • Ainsi, si une personne est exposée à un traitement et présente une clairance de l’ADN tumoral circulant, la probabilité de guérir du cancer sera forcément maximale. En ce qui concerne l’évaluation de la maladie précoce, l’intégration de la radiomique et, par ailleurs, l’utilisation de l’ADN tumoral circulant représentent donc l’avenir.