ESMO GI 2019 : une association thérapeutique ciblée améliore la survie dans le cadre du cancer colorectal


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

De nouvelles données, présentées à l’occasion de l’édition 2019 du congrès mondial sur le cancer gastro-intestinal de la Société européenne d’oncologie médicale (European Society for Medical Oncology, ESMO), suggèrent que l’association de l’encorafénib, du binimétinib et du cétuximab (ENCO + BINI + CÉTUX) améliore la survie chez les patients atteints d’un cancer colorectal métastatique (CCRm) avec mutation de BRAF V600E, par rapport à la chimiothérapie standard.

Les résultats proviennent de l’étude BEACON CRC, une étude de phase III, internationale, randomisée, ouverte et à trois bras, dans laquelle 665 patients atteints d’un CCR avec mutation de BRAF V600E, dont la maladie a progressé après avoir reçu 1 à 2 schémas thérapeutiques dans un contexte métastatique, ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir l’association ENCO + BINI + CÉTUX, l’association ENCO + CÉTUX ou, selon le choix de l’investigateur, de l’irinotécan ou de l’acide folinique, du fluorouracile et de l’irinotécan (FOLFIRI) et du cétuximab.

Les données ont révélé une survie globale (SG) médiane de neuf mois avec l’association ENCO + BINI + CÉTUX, contre 5,4 mois avec le traitement standard (rapport de risque [RR] : 0,52 ; IC à 95 % : 0,39–0,7 ; P 

Le taux de réponse objective (TRO) était de 26 % avec l’association ENCO + BINI + CÉTUX, contre 2 % pour le traitement standard (P 

Le traitement ciblant la mutation de BRAF V600E a été associé à des événements indésirables de grade supérieur ou égal à 3 chez 58 % des patients sous trithérapie, chez 50 % des patients du groupe bithérapie et chez 61 % des patients du groupe de traitement standard.