ESMO GI 2019 : la survie liée au cancer du côlon chez les patients atteints d’une obésité et d’une hyperglycémie


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La présence d’une obésité et d’une hyperglycémie chez les patients atteints d’un adénocarcinome du côlon de stade clinique (SC) I–III est liée à un risque accru de mortalité et à une réduction de la survie sans maladie (SSM), selon une nouvelle recherche présentée à l’occasion de l’édition 2019 du congrès mondial sur le cancer gastro-intestinal de la Société européenne d’oncologie médicale (European Society for Medical Oncology, ESMO). 

Afin de déterminer les implications de l’obésité et de l’hyperglycémie sur la SSM et la survie globale (SG), des chercheurs ont examiné les données portant sur 715 patients atteints d’un adénocarcinome du côlon de SC I–III. Tous les patients ont été traités par chirurgie, avec ou sans chimiothérapie adjuvante. 

Au total, 45 % (n = 323) des patients présentaient une obésité/surcharge pondérale, tandis qu’une hyperglycémie a été observée chez 57 % (n = 406) des patients. 

L’étude a révélé que les patients atteints d’une hyperglycémie avaient un taux de SSM à 5 ans de 66 %, contre 80 % pour les patients normoglycémiques (P = 0,001). Après une comparaison du poids corporel, le taux de SSM à 5 ans était de 72 % dans les groupes de l’obésité/la surcharge pondérale et de poids normal (P = 0,694). 

Les patients atteints d’une hyperglycémie avaient un taux de SG à 5 ans de 73 %, contre 83 % pour les patients normoglycémiques (P = 0,047). Les patients atteints d’une obésité/surcharge pondérale avaient un taux de SG à 5 ans de 67 %, contre 86 % pour les patients de poids normal (P = 0,001).