ESMO 2020 — L’osimertinib est très efficace dans le cadre du CBNPC résécable avec mutation de l’EGFR


  • Michael Simm
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un traitement adjuvant par osimertinib a doublé la proportion de patients atteints d’un CBNPC avec mutation du récepteur du facteur de croissance épidermique (Epidermal Growth Factor Receptor, EGFR) ayant fait l’objet d’une résection réussie qui étaient toujours en vie après 2 ans, comparativement au placebo.
  • 98 % des patients sous osimertinib ne présentaient pas de maladie du système nerveux central (SNC).

Pourquoi est-ce important ?

  • Environ 30 % des patients atteints d’un CBNPC ont une maladie résécable au moment de la présentation, mais le taux de récidive après la chirurgie reste élevé.
  • Chez les patients atteints d’un CBNPC avec mutation de l’EGFR, les inhibiteurs de la tyrosine kinase pourraient avoir un rôle à jouer dans ce contexte.
  • Dans le cadre de l’étude de phase III ADAURA, une amélioration de la SSM a été démontrée avec l’osimertinib.

Méthodologie

  • ADAURA est un essai de phase III mené en double aveugle qui a inclus 682 patients atteints d’un CBNPC avec mutation de l’EGFR ayant fait l’objet d’une résection complète ; les patients ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir de l’osimertinib (80 mg une fois par jour) ou un placebo pendant 3 ans.
  • Les critères d’évaluation primaires et secondaires étaient la SSM chez les patients atteints d’une maladie de stade II à IIIA et d’une maladie de stade IB à IIIA, respectivement.
  • Financement : AstraZeneca.

Principaux résultats

  • Critère d’évaluation principal, à 24 mois :
    • 90 % des patients sous osimertinib et 44 % des patients sous placebo étaient vivants et sans maladie.
    • Rapport de risque (RR) de 0,17 (IC à 99,06 % : 0,11–0,26).
  • Critère d’évaluation secondaire :
    • 89 % des patients sous osimertinib et 52 % des patients sous placebo étaient vivants et sans maladie.
    • RR de 0,20 (IC à 99,12 % : 0,14–0,30).
  • Également à 24 mois, la proportion de patients vivant sans maladie du SNC était de :
    • 98 % pour les patients sous osimertinib, contre 
    • 85 % des patients sous placebo ;
    • RR de 0,18 (IC à 95 % : 0,10–0,33).
  • Les données de survie globale n’étaient pas arrivées à maturité, mais sur les 29 patients décédés, 9 étaient dans le groupe osimertinib et 20 étaient dans le groupe placebo.

Pour suivre toute l’actualité de l’ESMO 2020, rendez-vous sur Univadis .