ESMO 2019 — Une dose supplémentaire sur mesure d’ipilimumab augmente la réponse au nivolumab dans le cadre du carcinome à cellules rénales avancé


  • Jo Whelan
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients n’ayant pas obtenu de réponse, commencer le traitement avec du nivolumab (NIVO) seul, avant d’administrer une dose supplémentaire d’ipilimumab dans le cadre d’une immunothérapie, améliore la réponse, comparativement au nivolumab en monothérapie.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’association NIVO + IPI a été approuvée en tant que traitement de première intention du carcinome à cellules rénales (CCR) avancé à risque défavorable ou intermédiaire. Cependant, l’administration de traitements combinés dans le cadre d’un schéma fixe composé de quatre cycles d’induction pourrait entraîner plus d’événements indésirables que le nivolumab seul.
  • Il s’agit de la première étude à évaluer une approche sur mesure visant à ajouter une dose supplémentaire d’IPI au traitement par NIVO en fonction de la réponse individuelle.

Protocole de l’étude

  • Étude européenne et multicentrique de phase II, menée auprès de 258 patients traités en première ou en deuxième intention après un inhibiteur de la tyrosine kinase (ITK) et atteints d’un CCR à cellules claires avancé à risque intermédiaire ou défavorable, selon les critères du Consortium international de la base de données sur le CCR (International Metastatic RCC Database Consortium, IMDC).
  • Les patients qui ne répondaient pas à l’induction par nivolumab seul ont reçu 2 à 4 cycles supplémentaires de NIVO + IPI.
  • Au contraire, les patients qui répondaient à l’induction ont poursuivi le traitement d’entretien par NIVO et ont reçu la dose supplémentaire d’IPI seulement en cas de progression de la maladie.  
  • Le critère d’évaluation principal était le taux de réponse globale (TRG) évalué par l’investigateur et analysé de manière indépendante en première et en deuxième intention.
  • Financement : Bristol-Myers Squibb GmbH & Co. KGaA.

Principaux résultats

  • Le TRG avec NIVO en monothérapie était de 28,7 % (IC à 95 % : 20–38) chez les patients en première intention et de 18,2 % en deuxième intention. 
  • La meilleure réponse globale après l’induction par NIVO, avec ou sans doses supplémentaires d’IPI + NIVO, était de 37 % (IC à 95 % : 28–47) en première intention et de 28,3 % (IC à 95 % : 20–38) en deuxième intention.
  • Un suivi plus long est nécessaire pour évaluer la durée de la réponse.

Commentaire d’expert

  • « La stratégie consistant à administrer une dose supplémentaire de traitement permettrait de sauver environ 10 % des patients, par rapport au NIVO seul », a expliqué l’intervenant, le Dr Cristina Suarez, MD PhD, Institut d’oncologie Vall d’Hebron, Espagne, qui n’était pas impliquée dans l’étude. « Cependant, certains patients pourraient dès lors passer à côté des bénéfices liés à l’administration d’IPI. Les taux de RC associés à la stratégie de première intention étaient inférieurs à ceux du traitement combiné », a-t-elle précisé. « Cela semble être plus une stratégie de deuxième que de première intention », a-t-elle conclu.