ESMO 2019 — Synthèse du symposium II du président : le cancer du sein


  • Ben Gallarda
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le deuxième symposium du président de l’ESMO 2019 portait sur les résultats de deux essais étudiant des inhibiteurs de CDK4/6 dans le cadre du cancer du sein HR+/HER2-, une amélioration nette dans le cadre du cancer du sein triple négatif (CSTN) précoce avec l’ajout de l’immunothérapie, et les dernières avancées dans l’inhibition de PARP.

À retenir

L’association abémaciclib et fulvestrant chez des patientes atteintes d’un cancer du sein HR+, HER2- :

  • L’ajout d’abémaciclib a entraîné une SG médiane de 46,7 mois contre 37,3 mois avec le fulvestrant plus placebo (RR : 0,757) et un délai médian jusqu’à la chimiothérapie de 50,2 mois contre 22,1 mois (RR : 0,625, analyse exploratoire).
  • L’étude incluait des patientes pré-, péri- et post-ménopausées, et un bénéfice a été observé dans les sous-groupes aux pronostics défavorables, notamment celui des métastases viscérales.

Les patientes post-ménopausées atteintes d’un cancer du sein HR+, HER2- ont été traitées par fulvestrant plus ribociclib ou placebo :

  • La SG médiane globale n’a pas été atteinte, contre 40,0 mois avec le placebo (RR : 0,724).
  • Les patientes présentant une rechute précoce ou recevant un traitement de deuxième intention (après l’hormonothérapie) ont présenté une SG médiane de 40,2 mois (contre 32,5 mois, RR : 0,730). La SG médiane n’a pas été atteinte chez les patientes recevant un traitement de première intention (contre 45,1 mois, RR : 0,700).

Utiliser du pembrolizumab néoadjuvant plus chimiothérapie, suivis de pembrolizumab adjuvant pour le traitement du CSTN :

  • Avec un suivi médian de 15,5 mois, la réponse pathologique complète (RPc) était de 64,8 % contre 51,2 % avec la chimiothérapie néoadjuvante plus placebo.
  • Les taux de RPc se sont améliorés chez les patientes positives pour PD-L1 (68,9 % contre 54,9 %) et négatives pour PD-L1 (45,3 % contre 30,3 %).
  • L’article complet est disponible sur Univadis.

Le véliparib avec du carboplatine et du paclitaxel dans le cadre du cancer du sein avec mutation de BRCA et HER2- :

  • La SSP médiane évaluée par l’investigateur était de 14,5 mois contre 12,6 mois avec la chimiothérapie plus placebo (RR : 0,705) et la SSP médiane évaluée par un comité d’examen indépendant était de 19,3 mois contre 13,5 mois (RR : 0,695).
  • La SG médiane intermédiaire n’avait pas encore atteint le seuil de significativité statistique (33,5 contre 28,2 mois, RR : 0,945).