ESMO 2019 — Les nouvelles options et les choix difficiles dans le cadre du carcinome urothélial suscitent l’engouement


  • Michael Simm
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le traitement du carcinome urothélial est en pleine transition. En effet, on tend aujourd’hui à s’éloigner de la chimiothérapie « pure » au profit de l’immuno-oncologie, des médicaments ciblés ou d’une association de ces options.

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette indication est en retard par rapport à d’autres dans l’application de nouveaux médicaments, tels que les inhibiteurs de point de contrôle immunitaire et les thérapies ciblées.

Principaux résultats

  • Une classification moléculaire consensuelle du cancer de la vessie avec envahissement musculaire a été proposée à partir de 1 750 profils transcriptomiques. Sur la base de 7 gènes clés, ces classes sont : papillaire luminal (24 %), luminal non spécifié (8 %), luminal instable (15 %), riche en stroma (15 %), basal/épidermoïde (35 %) et de type neuroendocrine (3 %). Cela devrait faciliter les analyses et la validation des biomarqueurs prédictifs dans de futurs essais cliniques prospectifs.
  • Le sacituzumab, l’enfortumab et l’erdafitinib (pour une sélection de patients avec FGFR) sont des nouveaux agents en cours de développement ayant démontré des taux de réponse globale de 31 %, 43 % et 40 % chez les patients ayant reçu au moins une ligne de chimiothérapie antérieure. La survie globale était de 16,3 mois, 12,3 mois et 13,8 mois, respectivement.
  • Il existe de nombreuses associations potentiellement synergiques d’immuno-oncologie, de chimiothérapie, de thérapie ciblée et d’autres approches. IMVigor130, DANUB, KEYNOTE-361, Checkmate-901 et NILE sont toutes des études de phase III en cours incluant un total de près de 5 000 patients.
  • L’association de la chimiothérapie et de l’immunothérapie pourrait permettre de mieux contrôler la progression rapide, mais la chimiothérapie est également immunosuppressive et peut favoriser la tolérance. Pour les stratégies de séquençage, l’incertitude est plus grande encore.