ESMO 2019 — Des taux de réponse sans précédent ont été observés avec l’association nivolumab + ipilimumab dans le cadre du cancer du col de l’utérus récidivant/métastatique


  • Michael Simm
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Même après 14 mois de suivi, la survie globale (SG) médiane n’a pas pu être calculée dans l’essai Checkmate 358 portant sur l’association nivolumab + ipilimumab dans le cadre du cancer du col de l’utérus récidivant/métastatique (R/M).

Pourquoi est-ce important ?

  • La SG médiane chez les patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus R/M est généralement inférieure à 17 mois après le traitement de première intention, avec peu d’options en deuxième intention.
  • Seules celles qui expriment le ligand de mort cellulaire programmée 1 (PD-L1) sont éligibles au pembrolizumab.

Protocole de l’étude

  • Analyse intermédiaire (verrouillage de la base de données le 26 juin 2019) de 91 patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus R/M, avec ou sans traitement systémique antérieur (TSA) et incluses dans l’étude de phase I/II, en ouvert, multicentrique portant sur l’association nivolumab (NIVO) + ipilimumab (IPI), indépendamment de l’expression de PD-L1.
  • Randomisation pour recevoir du NIVO 3 mg/kg toutes les 2 semaines + IPI 1 mg/kg toutes les 6 semaines, ou du NIVO 1 mg/kg + IPI 3 mg/kg toutes les 3 semaines pendant 4 doses suivies de NIVO 240 mg toutes les 2 semaines, pendant 24 mois maximum, jusqu’à la progression de la maladie ou l’apparition d’une toxicité inacceptable.
  • Financement : Bristol-Myers Squibb.

Principaux résultats

  • Taux de réponse globale avec NIVO3 + IPI1 :
    • Sans TSA : 31,6 % (IC à 95 % : 12,6–56,6).
    • Avec TSA : 23,1 % (IC à 95 % : 9,0–43,6).
  • Taux de réponse globale avec NIVO1 + IPI3 :
    • Sans TSA : 45,8 % (IC à 95 % : 25,6–67,2).
    • Avec TSA : 36,4 % (IC à 95 % : 17,2–59,3).
  • Survie sans progression médiane avec NIVO3 + IPI1 :
    • Sans TSA : 13,8 mois (2,1–non atteinte [NA]).
    • Avec TSA : 3,6 mois (1,9–5,1).
  • Survie sans progression médiane avec NIVO1 + IPI3 :
    • Sans TSA : 8,5 mois (3,7–NA).
    • Avec TSA : 5,8 mois (3,5–17,2).
  • La survie globale était de 10,3 mois (7,9–15,2) et de 25,4 mois (17,5–NA) avec TSA et n’a pas été atteinte avec l’une ou l’autre des associations pour les patientes sans TSA.
  • Les réponses étaient indépendantes de l’expression de PD-L1.

Limites

  •  Pas de bras témoin.

Commentaire d’expert

  • « L’association d’ipilimumab et de nivolumab [a entraîné un] taux de réponse élevé et a prolongé la survie, en particulier dans la population sans TSA. La toxicité n’est cependant pas négligeable, et l’association NIVO3 + IPI1 devrait probablement être privilégiée », a déclaré Nicoletta Colombo, université de Milan-Bicocca, qui n’était pas impliquée dans l’étude.