ESMO 2019 — CBNPC : l’association de nivolumab et d’ipilimumab est une alternative thérapeutique de première intention efficace et sans chimiothérapie


  • Daniela Ovadia — Agenzia Zoe
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’association de nivolumab (NIVO) et d’ipilimumab (IPI) à faible dose pourrait représenter une option sans chimiothérapie pour le traitement de première intention des patients atteints d’un CBNPC avancé, quel que soit le statut de PD-L1.

Pourquoi est-ce important ?

  • CheckMate 227 est le premier essai à démontrer une prolongation de la survie avec l’association NIVO + IPI, par rapport à la chimiothérapie, chez des patients atteints d’un CBNPC métastatique et naïfs de traitement.
  • Il existe déjà plusieurs options thérapeutiques de première intention, mais celle-ci permet également d’éviter la chimiothérapie.

Protocole de l’étude

  • L’étude de phase III CheckMate 227 incluait des patients naïfs de traitement, atteints d’un cancer de stade IV ou récidivant.
  • La première partie de cette étude en plusieurs parties a été conçue pour comparer différents schémas à base de NIVO à la chimiothérapie dans deux sous-groupes différents de PD-L1.
  • Les patients avec un taux de PD-L1 ≥ 1 % (n = 1 189) et
  • Financement : Bristol-Myers Squibb.

Principaux résultats

  • La SG était significativement plus longue avec l’association NIVO + IPI qu’avec la chimiothérapie.
  • Les patients avec un taux de PD-L1 ≥ 1 % et traités par l’association NIVO + IPI présentaient une SG médiane de 17,1 mois, contre 14,9 mois pour le groupe de la chimiothérapie (P = 0,007).
  • Le bénéfice de SG était également observé chez les patients avec un taux de PD-L1
  • Dans tous les sous-groupes, la SSP, les taux de réponse objective et la durée de la réponse étaient supérieurs avec l’association NIVO + IPI qu’avec la chimiothérapie.
  • Le taux d’événements indésirables liés au traitement de grades 3–4 était de 33 % chez les patients traités par l’association NIVO + IPI, de 19 % pour le NIVO seul et de 36 % pour la chimiothérapie.

Limites

  • Le traitement combiné par NIVO + IPI n’a pas été comparé aux normes de soins actuelles, car l’étude a commencé avant que la chimiothérapie/l’immunothérapie ou l’immunothérapie seule aient été approuvées en traitement de première intention dans le cadre du le CBNPC.

Commentaire d’expert

  • « À ce stade, nous ne savons pas si ces résultats sont susceptibles de faire évoluer la pratique. CheckMate 227 a commencé avant l’approbation des normes de soins actuelles. Le traitement est donc comparé uniquement à la chimiothérapie, qui n’est plus la norme pour les patients atteints d’un CBNPC métastatique aujourd’hui », a expliqué Marina Chiara Garassino, Istituto Nazionale Tumori, Milan, Italie, qui n’était pas impliquée dans l’étude.