ESMO 2019 — Cancer gastrique localement avancé : Deux essais confirment la supériorité de la chimiothérapie périopératoire dans les pays asiatiques


  • Jo Whelan
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les essais PRODIGY et RESOLVE montrent que le traitement périopératoire est supérieur au traitement postopératoire chez les patients asiatiques atteints d’un cancer gastrique localement avancé et potentiellement résécable (T3–T4 et N+).
  • Tous deux ont montré une forte capacité à réduire la taille des tumeurs et à diminuer leurs stades, ainsi qu’une amélioration de la SSP.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les essais confirment les résultats d’études européennes sur le traitement périopératoire dans ce contexte.
  • Ces schémas sont susceptibles de devenir les nouveaux traitements de référence dans le cadre du cancer gastrique localement avancé (cT3–4 et N+) en Asie.

Protocole de l’étude

  • PRODIGY : 530 patients ont été randomisés selon un rapport 1:1 pour recevoir du docétaxel néoadjuvant (D), de l’oxaliplatine (O) et S-1 (S) (DOS), avant une chirurgie (gastrectomie D2) et S-1 adjuvant (CSC ; n = 266), ou une chirurgie et S-1 adjuvant (SC ; n = 264). Le critère d’évaluation principal était la survie sans progression (SSP) à 3 ans.
  • RESOLVE : Les patients (n = 1 094) ont été randomisés pour recevoir A) une chimiothérapie adjuvante à base de XELOX, B) une chimiothérapie adjuvante à base de SOX, ou C) 3 cycles de l’association SOX néoadjuvante et 5 cycles de l’association SOX adjuvante, suivis de 3 cycles de TS-1. Le critère d’évaluation principal était la survie sans maladie (SSM) à 3 ans.
  • Financement : Sanofi Korea (PRODIGY) ; Taiho Pharmaceutical Co., Ltd (RESOLVE).

Principaux résultats

  • PRODIGY : l’ajout de l’association DOS néoadjuvante a entraîné une revue à la baisse significative du stade de la tumeur et une amélioration de la SSP, avec une sécurité d’emploi acceptable. La SSP à 3 ans était de 66,3 % pour le schéma CSC contre 60,2 % pour le schéma SC (rapport de risque de 0,70 [IC à 95 % : 0,52–0,95]), P = 0,023.
  • Les données de survie globale sont immatures et n’ont révélé aucune différence significative entre les groupes.
  • RESOLVE : Le schéma SOX périopératoire a permis d’améliorer la SSM à 3 ans, par rapport au schéma XELOX postopératoire (62,0 % dans le bras C, 54,8 % dans le bras A ; RR : 0,79, IC à 95 % [0,62–0,99] ; P = 0,045). Le schéma SOX postopératoire était non inférieur au schéma XELOX postopératoire.

Limites

  • Les données de survie globale restent immatures.

Commentaire d’expert

  • « Les résultats de PRODIGY et RESOLVE alignent les données pour les patients asiatiques et d’origine ethnique caucasienne sur l’utilisation périopératoire de la chimiothérapie », a déclaré le professeur Ian Chau (Royal Marsden Hospital, Londres) dans une interview accordée au journal quotidien de l’ESMO, l’ESMO Daily Reporter. Le professeur Chau n’était pas impliqué dans l’étude.