ESMO 2019 — Cancer de la vessie : l’association de l’immunothérapie et de la chimiothérapie entraîne la première amélioration depuis des décennies


  • Michael Simm
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La survie sans progression (SSP) des patients, non préalablement traités, atteints d’un cancer urothélial métastatique est significativement augmentée en ajoutant l’atézolizumab, un inhibiteur de PD-L1, à la chimiothérapie à base de platine.
  • L’amélioration de la SSP était modérée et la survie globale n’a pas atteint le seuil d’efficacité intermédiaire préspécifié.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il n’y a pas eu d’avancée majeure dans le cadre du cancer urothélial métastatique depuis les années 1980.
  • Il s’agit, en outre, de l’essai le plus important jamais réalisé dans cette indication.

Protocole de l’étude

  • IMvigor130 est un essai de phase III portant sur 1 213 patients atteints d’un cancer urothélial métastatique et originaires de 35 pays.
  • Ils ont été randomisés pour recevoir de l’atézolizumab plus une chimiothérapie à base de platine (bras A), de l’atézolizumab (bras B) ou un placebo plus une chimiothérapie à base de platine (bras C).
  • Financement : F. Hoffmann-La Roche, Ltd.

Principaux résultats

  • Après un suivi médian de 11,8 mois, la SSP médiane était de 8,2 mois dans le bras A et de 6,3 mois dans le bras C (RR : 0,82 ; IC à 95 % : 0,70–0,96 ; P = 0,007).
  • La survie globale médiane était de 16,0 contre 13,4 mois dans les bras A et C, respectivement (RR : 0,83 ; IC à 95 % : 0,69–1,00 ; P = 0,027).
  • Les taux de réponse complète étaient de 13 %, 6 % et 7 % dans les bras A, B et C, respectivement.
  • Les taux de retrait dus à des événements indésirables étaient de 34 %, 6 % et 34 % dans les bras A, B et C, respectivement.

Limites

  • Analyse intermédiaire avec une courte durée de suivi.
  • Aucune donnée sur la qualité de vie.