ESMO 2019 — Cancer de la prostate résistant à la castration métastatique : le cabazitaxel réduit le risque de décès d’un tiers


  • Michael Simm
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’essai CARD soutient l’utilisation du cabazitaxel (CBZ) plutôt que de l’abiratérone (ABI) ou l’enzalutamide (ENZ) chez les patients atteints d’un cancer de la prostate résistant à la castration métastatique (CPRCm) en ce qui concerne la survie sans progression, la survie globale et les événements indésirables.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il n’existe aucun consensus sur le traitement de troisième intention dans ce contexte.

Protocole de l’étude

  • 255 patients (âge médian : 70 ans) préalablement traités par au moins 3 cycles de docétaxel (DOC) et dont la maladie a progressé après 12 mois ou moins sous traitement alternatif ciblant les récepteurs des androgènes (TRA) ont été randomisés pour recevoir du CBZ, par rapport à de l’ABI ou de l’ENZ.
  • Le critère d’évaluation principal était la survie sans progression radiographique (SSPr), avec 196 événements de SSPr nécessaires pour tester le RR de 0,67 pour le CBZ.
  • Financement : Sanofi.

Principaux résultats

  • Les patients ont reçu une médiane de 7 cycles pour le CBZ contre 4 pour le TRA.
  • La SSPr médiane était de 8,0 contre 3,7 mois en faveur du CBZ (RR : 0,54 ; IC à 95 % : 0,40–0,73 ; P 
  • La survie globale était de 13,6 contre 11,0 mois malgré les changements de traitement (RR : 0,64 ; IC à 95 % : 0,46–0,89 ; P 
  • La réponse tumorale était de 36,5 % contre 11,5 % (P = 0,004).
  • Les événements indésirables étaient moins fréquents pour le CBZ avec 7 contre 14 décès (5,6 % contre 11,3 %).

Commentaire d’expert

  • « Les statistiques de l’essai étaient très ambitieuses, mais les résultats sont on ne peut plus satisfaisants », explique Silke Gillessen, Division of Cancer Sciences, Manchester (Royaume-Uni) et Kantonsspital St Gallen (Suisse), qui n’était pas impliquée dans l’étude.