ESMO 2018 - Tépotinib + géfitinib, une polythérapie prometteuse dans le cancer bronchique non à petites cellules avec mutation MET+/de l'EGFR


  • Agenzia Zoe
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La polythérapie par tépotinib + géfitinib (TEP + GEF) est généralement bien tolérée chez ces patients et améliore la survie sans progression (SSP) ainsi que le taux de réponse global (TRG) par rapport à la chimiothérapie.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) peut devenir résistant aux inhibiteurs de tyrosine kinase du récepteur du facteur de croissance épidermique (ITK-EGFR) par activation de la voie MET.
  • La double inhibition de la voie MET et de l'EGFR pourrait s'avérer intéressante dans le CBNPC résistant aux ITK-EGFR.
  • Il s'agit du premier essai randomisé de phase II comparant un traitement par TEP + GEF à la chimiothérapie.

Principaux résultats

  • L'amélioration de la SSP médiane était plus marquée sous TEP + GEF (4,9 mois) qu'avec la chimiothérapie (4,4 mois) dans la population en intention de traiter (hazard ratio, HR : 0,71 [IC 90 % : 0,36 à 1,39]).
  • Les bénéfices observés étaient essentiellement liés aux patients exprimant IHC3+ (HR : 0,35) et ayant une amplification du gène (HR : 0,17), ce qui confirme que le proto-oncogène MET est un biomarqueur valable pour le traitement par TEP.
  • Le TRG était plus élevé chez les patients traités par TEP + GEF (45,2 %) que par chimiothérapie (33,3 %), le taux le plus important obtenu dans le bras TEP + GEF concernant les tumeurs MET IHC3+ et avec amplification du gène MET (68,4 % et 66,7 %, respectivement).
  • Le traitement par TEP + GEF a été généralement bien toléré et la plupart des événements indésirables étaient bénins à modérés.

Méthodologie

  • L'étude incluait 55 patients asiatiques atteints de CBNPC MET-positif [IHC2+, IHC3+ ou amplification du gène] à un stade avancé présentant une mutation T790M activatrice de l'EGFR, une résistance acquise aux ITK-EGFR de première intention et un indice de performance ECOG compris entre 0 et 1.
  • Les patients ont été randomisés pour recevoir TEP + GEF 500/250 mg une fois par jour (n = 31) ou pémétrexed + cisplatine (ou carboplatine).
  • Le critère d'évaluation principal était la SSP et les critères d'évaluation secondaires incluaient le TRG et l'innocuité.
  • Le recrutement a été interrompu prématurément après randomisation de 55 patients (sur les 156 prévus) en raison de difficultés à identifier les patients satisfaisant les critères d'inclusion.
  • Financement : Merck KGaA.

Limitations

  • Petit nombre de patients inclus, tous en Asie.

Commentaire d’expert

« L'association TEP + GEF a montré une activité cliniquement significative et a été bien tolérée, mais d'autres études sont nécessaires pour mieux identifier les biomarqueurs responsables de cet effet. » Egbert F. Smit, Netherlands Cancer Institute, Amsterdam, Pays-Bas.