ESMO 2018 – Les bénéfices thérapeutiques de l'abiratérone chez l'homme atteint de cancer de la prostate hormonodépendant sont similaires, que la charge tumorale soit élevée ou faible


  • Michael Simm
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le traitement à base d'abiratérone plus prednisolone associé à un traitement par privation androgénique (TPA) améliore tous les critères d'évaluation de survie en cas de cancer de la prostate métastatique hormonodépendant (mHSPC), que les patients présentent un volume tumoral à haut risque ou à bas risque.

Pourquoi est-ce important ?

  • En cas de diagnostic récent de cancer de la prostate métastatique hormonodépendant (mHSPC), l'association abiratérone acétate plus prednisone/prednisolone (AAP) est actuellement autorisée dans l'UE uniquement pour les patients à « haut risque », sur la base des résultats de l'étude LATITUDE.
  • Mais la présente analyse indique que tous les patients atteints de mHSPC doivent être considérés pour un traitement par AAP.

Principaux résultats

  • Ont été évalués 901 patients éligibles ; âge médian de 67 ans et niveaux médians de PSA de 96 ng/ml, avec suivi médian de 41,5 mois (473 à haut risque, 428 à bas risque).
  • Les patients sous traitement AAP ont présenté une survie globale (SG) supérieure dans les deux groupes (haut risque HR 0,54, P
  • La survie sans échec (SSE) était également supérieure avec l'AAP dans les deux groupes (haut risque HR 0,31, P
  • Il n'a pas été constaté d'hétérogénéité entre les deux groupes concernant la SG ou la SSE.
  • Ces résultats sont restés inchangés même en utilisant une autre définition basée sur le volume (CHAARTED) pour la classification.

Méthodologie

  • Cette analyse a utilisé la définition de l'étude LATITUDE pour classer la maladie en maladie M1 à haut risque ou à bas risque et l'a appliqué aux patients de l'étude STAMPEDE qui étaient randomisés dans le groupe AAP ou ADT.
  • Les critères d'évaluation primaire et secondaire étaient la SG et la SSE, respectivement.

Limitations

  • Les investigateurs reconnaissent qu'il s'agit d'une analyse post-hoc, non planifiée au préalable, et d'une puissance probablement insuffisante pour une analyse par sous-groupe.
  • La lecture centrale a été effectuée par une seule personne contre des centaines en situation réelle et dans l'étude LATITUDE.

Financement

  • Non déclaré.