ESMO 2018 – L'association carboplatine+paclitaxel est saluée comme la nouvelle norme de soins du cancer anal avancé


  • Jo Whelan
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L'association carboplatine+paclitaxel (CP) doit désormais être considérée comme la norme de soins en matière de traitement de première ligne du carcinome anal avancé.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il n'existe à ce jour aucune norme de soins reposant sur des données probantes pour le cancer anal avancé : cette étude est la première étude randomisée contrôlée menée dans ce contexte.
  • Le cancer anal est rare, mais son incidence augmente.

Principaux résultats

  • La survie globale (SG) s'est avérée notablement supérieure avec l'association CP (durée médiane de 20 mois contre 12,3 mois avec les traitements cisplatine/5-FU, rapport des risques instantanés (hazard ratio) HR 2,0, P=0,014).
  • L'association CP présente un profil de toxicité plus favorable : une toxicité de grade ≥3 est survenue dans 71 % et 76 % des cas sous CP et cisplatine/5-FU, respectivement. Un nombre significativement moindre de patients ont présenté des événements indésirables graves avec l'association CP (36 % contre 62 %, P=0,016).
  • Le taux de réponse était similaire entre les groupes (59 % pour l'association CP et 57 % pour l'association cisplatine/5-FU), et aucune différence notable n'a été constatée quant la survie sans progression (SSP). Le croisement et les différences observées pendant le traitement post-étude ne semblent pas intervenir dans la divergence avec la SG.
  • La durée médiane du traitement et l'intensité relative de la dose étaient comparables entre les groupes (valeur médiane de 4,5 et 6 cycles pour les associations CP et cisplatine/5-FU, respectivement).

Méthodologie

  • Les patients ont été randomisés dans le rapport 1:1 pour intégrer les groupes cisplatine plus 5-fluoro-uracile (5-FU ; n=46), ou carboplatine plus paclitaxel hebdomadaire (n=45).
  • Il s'agissait d'une étude pragmatique de phase 2, consistant à choisir le vainqueur, menée par l'International Rare Cancers Initiative (IRCI). Le critère d'évaluation principal était le taux de réponse.
  • Les patients présentaient un cancer épidermoïde local récurrent métastatique ou inopérable de l'anus, et n'avaient pas reçu de traitement systémique antérieur pour une maladie avancée.
  • 35 patients étaient évaluables dans le bras cisplatine-5FU et 39 dans le bras carboplatine-paclitaxel.

Limitations

Cette étude était une étude pragmatique impliquant un petit nombre de patients.

Commentaire

L'invité intervenant Claus-Henning Koehne, d'Oldenburg, Allemagne, a remarqué les limitations de l'étude. Cependant, « Je choisirais l'association carboplatine+paclitaxel si j'avais un patient atteint de cette maladie, » a-t-il précisé. L'ajout de nouveaux agents peut améliorer les résultats.