ESMO 2018 – L'ajout de ribociclib au fulvestrant préserve la qualité de vie dans le cancer du sein avancé


  • Michael Simm
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Chez les femmes ménopausées atteintes de cancer du sein avancé (CSA) exprimant le récepteur hormonal et n'exprimant pas le récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain, l'ajout de ribociclib ou d'un placebo au fulvestrant a entraîné un maintien ou une amélioration du score d'état de santé général/de qualité de vie au questionnaire QLQ-C30 de l'EORTC lors de tous les cycles de traitement. Le ribociclib ne devrait pas provoquer d'effets négatifs supplémentaires à la fin du traitement.

Pourquoi est-ce important ?

Bien que les résultats d'efficacité de l'essai MONALEESA-3 aient été présentés lors du congrès ASCO 2018, ils ne montraient pas clairement ni dans quelle mesure l'amélioration de la survie sans progression (SSP) était obtenue aux dépens de la qualité de vie liée à la santé (QVLS).

Principaux résultats

  • Plus de 90 % des patients ont répondu au questionnaire au début de l'étude et environ 80 % à la fin du traitement.
  • Une tendance numérique en faveur du ribociclib par rapport au placebo a été observée pour le délai avant détérioration nette ≥ 10 % de la QVLS générale.
  • La QVLS générale a été préservée dans les deux bras pendant le traitement. La valeur médiane initiale était de 66,7 dans les deux bras. Variation moyenne jusqu'au cycle 19 : ribociclib + fulvestrant 3,6–4,9 ; placebo + fulvestrant 1,3–4,3.
  • Pendant le traitement, l'impact sur la fatigue, la diarrhée et les nausées/vomissements, le score de douleur et l'intensité de la douleur était comparable dans les deux groupes.
  • À la fin du traitement, la QVLS s'est détériorée de 5,4 (1,9–9,1) points avec le ribociclib, contre 4,3 (0,4–8,2) points avec le placebo.

Méthodologie

Les questionnaires portant sur la QVLS, la douleur et les résultats rapportés par les patients (PRO) ont été remplis toutes les 8 semaines pendant les 18 premiers mois, puis toutes les 12 semaines et enfin à la fin du traitement. Le délai médian avant détérioration nette ≥ 10 % des scores QVLS a été estimé par la méthode de Kaplan-Meier.

Limitations

Une sous-déclaration des problèmes en fin d'étude semble possible, les femmes les plus mal en point risquant d'être moins enclines à répondre aux questionnaires.

Avis d’expert

« Ceci souligne l'importance de freiner la progression de la maladie pour préserver la qualité de vie des patients. » Auteur principal Peter A. Fasching, Hôpital universitaire d'Erlangen, Allemagne.

Financement

Novartis Pharmaceuticals Corporation.