ESMO 2018 – L'ajout d'atézolizumab à la chimiothérapie prolonge la survie chez les patients atteints de cancer du sein triple négatif métastatique et PD-L1-positif


  • Jo Whelan
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L'immunothérapie par atézolizumab a prolongé la survie de dix mois lorsqu'elle a été ajoutée à la chimiothérapie standard chez des patients atteints de cancer du sein triple négatif avancé ou métastatique et PD-L1-positif.
  • D'après les auteurs de l'étude et l'intervenant invité, l'association atézolizumab + chimiothérapie devrait être considérée comme le nouveau traitement de référence.

Pourquoi est-ce important ?

  • La survie des patients atteints de cancer du sein triple négatif avancé ou métastatique (CSTNm) est plus courte qu'avec les autres sous-types de cancers du sein.

Principaux résultats

  • La survie sans progression (SSP) médiane était significativement plus longue sous atézolizumab + nab-paclitaxel que sous nab-paclitaxel + placebo (7,2 contre 5,5 mois, hazard ratio, HR = 0,80, IC 95 % 0,69-0,92, p = 0,0025), avec un effet plus marqué chez les patients PD-L1-positifs.
  • Les patients PD-L1-positifs montraient une amélioration de la survie globale (SG) sous atézolizumab lors de l'analyse intermédiaire, avec une SG médiane de 25,0 mois, contre 15,5 mois sous placebo (HR = 0,62, IC 95 % 0,45-0,86). Aucune différence significative n'a été observée entre les groupes dans la population globale.
  • Le nombre d'événements indésirables de haut grade était plus important dans le bras atézolizumab. Cela a été attribué en partie à la durée de traitement prolongé par nab-paclitaxel.

Méthodologie

  • L'essai a recruté 902 patients atteints de CSTNm ou de maladie localement avancée inopérable qui n'avaient pas reçu de traitement précédent pour le CSTNm.
  • Les patients ont été randomisés selon un rapport de 1/1 pour recevoir une perfusion de l'anticorps anti-PD-L1 atézolizumab ou du placebo toutes les 2 semaines, en complément de la chimiothérapie standard par nab-paclitaxel. Le traitement a été administré jusqu'à la progression.
  • La randomisation a été stratifiée sur le traitement précédent par taxane, les métastases hépatiques et le statut PD-L1 de la tumeur au niveau des cellules immunitaires (positif : ≥ 1 %).
  • Les quatre co-critères d'évaluation principaux étaient la SSP et la SG dans les populations en intention de traiter (ITT) et PD-L1-positive, évalués selon un protocole hiérarchique.

Limitations

Les données de SG définitives ne sont pas encore disponibles.

Commentaire

« Ces résultats font entrer le cancer du sein dans l'ère de l'immunothérapie et orientent vers un nouveau traitement de référence pour le CSTN PD-L1-positif », a déclaré l'intervenant invité Guiseppe Curigliano, de l'université de Milan, en Italie.