ESMO 2018 – Intérêt d'ajouter du bévacizumab à l'association carboplatine/doxorubicine liposomale pégylée dans le traitement du cancer de l'ovaire récidivant


  • Cristina Ferrario — Agenzia Zoe
  • Oncology Conference reports
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Par rapport au protocole standard à base de carboplatine/gemcitabine/bévacizumab (CG-BEV), la polythérapie par carboplatine/doxorubicine liposomale pégylée/bévacizumab (CD-BEV) améliore significativement la survie sans progression (SSP) chez les patientes atteintes d'un cancer de l'ovaire récidivant (COR) et pourrait être une nouvelle option thérapeutique importante même chez les patientes préalablement traitées par des médicaments anti-angiogéniques.

Pourquoi est-ce important ?

  • La polythérapie par CG-BEV augmente significativement la SSP par rapport à l'association CG seule, tandis que l'association CD présente l'un des meilleurs indices thérapeutiques pour le COR.
  • De nouveaux médicaments efficaces et sûrs sont nécessaires chez ces patientes.

Principaux résultats

  • La SSP médiane dans le bras CG-BEV était de 11,7 mois, contre 13,3 mois dans le bras CD-BEV (HR : 0,80, p = 0,0128).
  • Dans le sous-groupe prétraité par des médicaments anti-angiogéniques (N = 309), la SSP médiane était de 10,1 mois dans le bras CG-BEV, contre 11,3 mois dans le bras CD-BEV (HR : 0,73, p = 0,0126).
  • Aucun nouveau problème de sécurité n'est survenu.
  • La qualité de vie (QdV) globale était légèrement supérieure dans le bras CD-BEV par rapport au bras CG-BEV.

Méthodologie

  • L'essai incluait 682 patientes atteintes de COR ayant reçu un traitement à base de platine (TBP), randomisées pour recevoir le traitement standard CG-BEV (n = 337) ou le traitement expérimental CD-BEV (n = 345).
  • 41,5 % des femmes incluses dans la population étudiée avaient reçu un traitement préalable de première intention par BEV.
  • Le critère d'évaluation principal était la SSP selon les critères RECIST 1.1.
  • Les objectifs secondaires incluaient la survie sans progression biologique (SSPbio) déterminée par le dosage sérique de l'antigène CA125, la survie globale (SG ; l'étude n'avait pas une puissance suffisante pour déterminer la SG), la QdV évaluée avec les questionnaires EORTC-QLQ-C30 et QLQ-OV28, l'innocuité et la tolérabilité.
  • L'essai était conçu pour tester la supériorité de CD-BEV sur CG-BEV, avec une puissance de 80 % (test du log-rank bilatéral, niveau alpha de 5 %) afin de démontrer une variation de 26,6 % de la SSP (HR 0,79 ; 564 événements SSP).

Limitations

  • L'étude n'avait pas une puissance suffisante pour déterminer la SG.

Financement

  • Hoffman La Roche.

Commentaire d’expert

  • « De nouvelles stratégies combinées basées sur des agents ayant de nouveaux effets sont nécessaires dans cette population, ainsi qu'une recherche plus étendue sur les biomarqueurs moléculaires possibles, tels que BRCA et HRD. » Sandro Pignata, Institut national du cancer IRCCS « Fondazione G. Pascale », Naples, Italie.