ESMO 2017 : Un schéma de dosage de trois semaines pour le paclitaxel est approprié comme traitement de première ligne chez les femmes européennes atteintes d'un cancer de l'ovaire


  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les femmes caucasiennes atteintes d'un cancer de l'ovaire peuvent être traitées selon le schéma de dosage standard de 3 semaines pour le paclitaxel, conformément à l'étude de phase 3 ICON8 présentée à l'ESMO 2017.

Pourquoi est-ce important

  • L'étude menée par la MRC Clinical Trials Unit à l'UCL présente des résultats en contradiction avec ceux de l'étude japonaise JGOG3016 qui décrit une augmentation notable de la survie médiane sans progression et de la survie globale chez les femmes sous traitement dose-dense hebdomadaire à base de paclitaxel.
  • Les différences observées dans les réponses des patientes des études européenne et japonaise pourrait résulter de différences pharmacogénomiques.

Plan de l'étude

  • 1566 patientes, essentiellement européennes, présentant un cancer de l'ovaire ont été réparties aléatoirement pour recevoir 6 cycles du schéma de dosage standard de 3 semaines de carboplatine et de paclitaxel (bras 1) en comparaison du traitement dose-dense hebdomadaire à base de paclitaxel (carboplatine ASC 5/6 + paclitaxel 80 mg/m2 une fois par semaine, bras 2 ; et carboplatine ASC 2 + paclitaxel 80 mg/m2 une fois par semaine, bras 3).
  • Financement : Cancer Research R.-U. 

Principaux résultats

  • L'étude n'a pas révélé de bénéfice avec les schémas d'administration hebdomadaires.
  • La survie sans progression était de 24,4 mois dans le bras 1, de 24,9 mois dans le bras2 et de 25,3 mois dans le bras 3.
  • La période de survie moyenne restreinte était de 24,4, 24,9 et 25,3 mois dans les bras 1, 2 et 3, respectivement.
  • Une légère augmentation de la toxicité de grade 3-4 a été observée dans les bras 2 et 3 en comparaison du bras 1 (63 % contre 53 % et 42 %, respectivement).
Commentaire d'expert
  • Le Dr Domenica Lorusso, de la Fondazione IRCCS National Cancer Institute of Milan, Présidente de Gynaecological Tumours track à l'ESMO 2017, a déclaré : « L'étude confirme que l'administration de l'association carboplatine-paclitaxel toutes les 3 semaines constitue les traitement standard de première ligne pour le cancer de l'ovaire, une norme de soins qui est restée inchangée au cours des 20 dernières années, du moins au sein de la population caucasienne. »