ESMO 2017 : Un cancer du sein sur quatre, petit et de stade précoce, peut être agressif et réagir à une chimiothérapie adjuvante


  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un patient sur quatre présentant une tumeur du sein de type T1abN0 de moins de 1 cm peut tirer un bénéfice d'une chimiothérapie adjuvante.

Pourquoi est-ce important

  • L'étude conteste l'hypothèse selon laquelle tous les patients atteints de petites tumeurs du sein, cliniquement classées de bas risque, peuvent éviter la chimiothérapie adjuvante après l'intervention chirurgicale.

Plan de l'étude

  • 826 des 6693 patients présentant des tumeurs du sein de type pT1abN0 recrutés dans l'étude MINIDACT présentaient à la fois un risque génomique et un risque clinique de récidive, selon l'évaluation effectuée à l'aide du test MammaPrint®, un test de signatures composé de 70 gènes, et de l'application Adjuvant!, une suite d'outils en ligne.
  • Les patients ont été répartis aléatoirement pour recevoir ou non une chimiothérapie, puis ont été suivis pendant 5 ans.
  • Financement : European Organisation for Research and Treatment of Cancer.

Principaux résultats

  • 99,3 % des patients présentaient un risque clinique bas ; 75,5 % présentaient un risque clinique bas et un risque génomique bas.
  • 23,7 % présentaient un risque clinique bas et un risque génomique élevé.
  • La survie à 5 ans sans métastases à distance pour le groupe à risque clinique bas/risque génomique élevé traité par chimiothérapie était de 97,3 % (IC de 95 %, 89,4-99,3) contre 91,4 % (IC de 95 %, 82,6-95,9) pour le groupe non traité par chimiothérapie.
  • La période de survie à 5 ans sans métastase à distance et la survie globale pour le groupe à risque clinique bas/risque génomique élevé traité par chimiothérapie était de 98,8 % (IC de 95 %, 91,9-99,8) et de 98,5 % (IC de 95 %, 89,6- 99,8), respectivement, contre 91,4 % (IC de 95 %, 82,6-95,9) et 95,8 % (89,1-98,4 %), respectivement, pour le groupe non traité par chimiothérapie.

Limitations

  • Échantillon de petite taille
  • Sensibilité encore faible du test génomique.
  • Un petit groupe de patients ont tiré un bénéfice, mais un nombre encore important de patients ont reçu une chimiothérapie sans bénéfice personnel apparent.