ESMO 2017 : Les anciens médicaments peuvent être repositionnés (reclassés) sur une base spécifique à la cible par séquençage systématique de l'ADN : Résultats tirés d'une étude nationale hollandaise


  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le séquençage du génome entier peut permettre d'identifier de nouveaux traitements pour les patients sans traitement standard et aider à repositionner les anciens médicaments.

Pourquoi est-ce important

  • Le séquençage du génome entier, s'il est mené sur de nombreux patients, permet de découvrir des points communs entre les tumeurs et les mutations géniques.
  • L'accès à des médicaments ayant une correspondance génétique, même si ceux-ci sont autorisés pour d'autres indications, peut être obtenu par des programmes tels que le Drug Rediscovery Protocol développé aux Pays-Bas.

Plan de l'étude

  • Les patients atteints de tumeurs solides, de glioblastome, de lymphome ou de myélome multiple, sont recrutés au sein de plusieurs cohortes parallèles, chacune étant définie par 1 type de tumeur, 1 profil de tumeur et 1 traitement.
  • L'efficacité est analysée par cohorte visant ≥1 bénéfice clinique (réponse complète ; réponse partielle ou maladie stable ≥16 semaines) pour 8 patients au stade I et ≥5 pour 24 patients au stade II.
  • Une biopsie tumorale est effectuée pour rechercher des biomarqueurs.
  • L'étude comprend 23 hôpitaux participants.
  • Le Drug Rediscovery Protocol est établi pour 19 médicaments d'étude.
  • Financement : Barcode for Life Foundation (BFL ; Dutch Cancer Society (KWF) ; Hartwig Medical Foundation (HMF) ; Amgen, AstraZeneca, Bayer, Bristol-Myers Squibb, Novartis, Roche).

Principaux résultats

  • L'étude a débuté en septembre 2016.
  • 250 cas ont été soumis au protocole, 1/3 des cas ont été traités.
  • 37 % des patients traités présentent des bénéfices cliniques (6 % avec réponse complète, 14 % avec réponse partielle et 17 % avec maladie stable ≥16 semaines).
  • 18 % des cas étaient inéligibles (essentiellement en raison de l'indisponibilité d'études de médicaments concordants dans le Drug Rediscovery Protocol ou de l'absence de correspondance cible-médicament).

Limitations

  • L'effet du séquençage du génome entier serait plus important si un nombre plus élevé de médicaments avait été inclus dans le Drug Rediscovery Protocol.

Commentaire d'expert

  • Le Dr Richard Marais, du Cancer Research UK Manchester Institute a ajouté : « Séquencer le génome entier est très coûteux, en conséquence, l'étude doit montrer que cette approche peut être rentable et efficace pour les patients. La stratification de ne serait-ce que 10 % des participants à l'étude pourrait rendre ce processus financièrement neutre : pour les systèmes de santé, cela signifierait qu'en dépit d'un investissement initial élevé, les bénéfices obtenus en aval par les patients et la réduction potentielle des coûts médicaux pour les traiter serait énorme. Dans ce contexte, les chiffres présentés ici sont très impressionnants. Ils ont définitivement établi une preuve de principe. »