ESMO 2017 : Le docétaxel et l'association acétate d'abiratérone plus prednisolone ont un effet similaire d'amélioration de la survie de patients présentant un risque élevé de cancer de la prostate : Premiers résultats de l'étude STAMPEDE


  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une sous-analyse de l'étude STAMPEDE a révélé que le docétaxel et l'association acétate d'abiratérone plus prednisolone offraient une amélioration similaire de la survie en complément d'une hormonothérapie à long terme pour des patients ayant un risque élevé de cancer de la prostate.
  • N'importe lequel de ces médicaments convient et peut être choisi selon sa disponibilité.

Pourquoi est-ce important

  • Des mesures de résultats anticipées sur l'effet du traitement en matière de survie sans échec et de survie sans progression dans l'étude STAMPEDE indiquent une préférence pour l'acétate d'abiratérone plus la prednisolone, avec des HR de 0,51 et de 0,65, respectivement.
  • De même, les estimations de mesures de résultats tardives de progression sans métastase et sans événement squelettique symptomatique révèlent une préférence pour l'acétate d'abiratérone plus prednisolone, mais les différences n'étaient pas statistiquement significatives.
  • Pour déterminer l'association la plus efficace, l'analyse présentée à l'ESMO a utilisé des données collectées de manière prospective, afin de comparer directement les 2 traitements, tandis que le recrutement était en cours pour les deux bras de l'étude.

Plan de l'étude

  • L'analyse comprenait 566 patients répartis aléatoirement pour recevoir du docétaxel (n=189) et de l'AAP (n=377), en complément d'une hormonothérapie standard (ou d'une radiothérapie pour certains patients).
  • Les groupes étaient bien équilibrés avec 342 (60 %) M1 ; 429 (76 %) Gleason 8-10 ; 449 (79 %) WHO PS 0 ; âge moyen de 66 ans ; et taux d'antigène spécifique à la prostate de 56 ng/mL.
  • Le suivi médian était de 4 ans.
  • Financement : Cancer Research R.-U., Medical Research Council, Janssen; Astellas, Clovis Oncology, Novartis, Pfizer, Sanofi-Aventis.

Principaux résultats

  • L'estimation du résultat primaire de la survie globale présentait un HR de 1,16.
  • La différence entre les 2 traitements n'était pas statistiquement significative, les intervalles de confiance indiquant des estimations favorables aux deux traitements.

Limitations

  • La présente étude n'est pas suffisamment puissante ; des analyses complémentaires sont requises et de nouvelle données seront obtenues d'études en cours.
Commentaire d'expert
  • Le Professeur Nicholas D. James (Université de Birmingham), Investigateur principal de l'étude STAMPEDE précise : « Les études individuelles de STAMPEDE suggèrent que l'abiratérone a un effet plus important sur la survie que le docétaxel, mais cela ne s'est pas traduit par un net avantage dans cette analyse. Les deux médicaments sont plus avantageux en matière de survie que les soins standard. Cette étude suggère qu'un premier traitement est acceptable avec n'importe lequel de ces médicaments selon sa disponibilité. »