ESHRE 2019 : la cryoconservation à long terme du sperme n’affecte pas les résultats cliniques


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Malgré une limite de temps imposée dans de nombreux pays sur la congélation du sperme, une nouvelle étude a révélé que la cryoconservation à long terme du sperme n’affecte pas les résultats cliniques futurs. 

L’analyse a inclus 119 558 échantillons obtenus à l’aide d’une base de données de jeunes adultes, qui étaient des donneurs de sperme qualifiés à la Banque du sperme humain de la province de Hunan en Chine, entre 2001 et 2016. Les échantillons ont été répartis en 3 groupes : ceux conservés par cryoconservation entre 6 mois et 5 ans, ceux conservés entre 6 et 10 ans et ceux conservés entre 11 et 15 ans.

L’étude a révélé que le taux de survie du sperme après décongélation diminuait de 85,72 % à 73,98 % après 15 ans de cryoconservation (P 

Cependant, le taux de grossesse clinique chez les femmes faisant l’objet d’une insémination artificielle avec donneur était de 23,09 %, 22,36 % et 22,32 % dans les 3 groupes, avec un taux de naissance viable de 82,17 %, 80,21 % et 80,00 %, respectivement. Les taux de succès étaient comparables lorsque les échantillons étaient utilisés pour une fécondation in vitro (FIV), avec des taux de naissance viable de 81,63 %, 79,11 % et 73,91 %, respectivement. 

Les auteurs ont néanmoins recommandé que les banques de sperme fournissent le sperme en suivant l’ordre de cryoconservation.