ESCEO : Tout ce qu’on aimerait savoir sur l’agodystrophie

  • Dr Dominique-Jean Bouilliez

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Peu de pathologies ont connu des définitions aussi nombreuses et variées que le CRPS (Complex Regional Pain Syndrome) ou Syndrome Douloureux Régional Complexe (SDRC). Aujourd'hui cependant, une certaine unanimité semble se dégager d'une part pour la retirer des pathologies psychosomatiques, et d'autre part pour en décrire deux types.

Le CRPS I (également appelé algodystrophie) est caractérisé par la présence d'un événement primaire nociceptif ou imposant une immobilisation qui se poursuit par des douleurs, une allodynie ou de l'hyperalgie et la présence à un moment ou l'autre d'un œdème, de modifications du flux sanguin cutané ou d'une activité sudorimotrice anormale dans le segment corporel où se situe la douleur.

Le CRPS II, autrefois appelé causalgie (dérivé de 'kavaros' pour chaleur, et 'ockyos' pour douleur), est également caractérisé par la présence d'une douleur continue, d'une allodynie ou d'une hyperalgésie après une lésion nerveuse, et qui peut s'étendre au-delà de la zone de distribution du nerf incriminé. On constatera aussi un œdème, des modifications de la circulation cutanée et une augmentation de l'activité sudorimotrice dans la zone de la douleur. Le diagnostic de CRPS II devra être exclus lorsqu'une autre explication plausible de la douleur et de la dysfonction observée pourra être fournie.

Un troisième type, baptisé CRPS-NOS (pour Not Otherwise Specified) a été ajouté : il regroupe les patients qui ne rencontrent que partiellement les critères de Budapest, sans explication plausible autre qu'un SDRC.

Une épidémiologie rendue floue par des critères multiples