ESC : L’aspirine en prévention primaire de la maladie cardiovasculaire sur la ligne d’ARRIVE(é) !

  • Dr Philippe Tellier

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L'aspirine à faibles doses (75-100 mg/jour), en tant qu'antiagrégant plaquettaire éprouvé, a fait la preuve de son efficacité dans la prévention secondaire justifiée en cas de maladie coronaire ou encore cérébrovasculaire. Le bénéfice est patent à la suite des situations cliniques suivantes : syndrome coronaire aigu (SCA), accident vasculaire cérébral (AVC) ou encore accident ischémique transitoire (AIT). Ces notions ont été établies au travers de plus de 200 études qui regroupent au total plus de 200 000 patients. Elles légitiment le recours à l'aspirine en prévention secondaire dès lors que le risque d'infarctus du myocarde (IDM) ou d'AVC à 10 ans dépasse 20 %.

Le rôle de cette stratégie préventive est nettement moins évident dans le cadre d'une prévention primaire qui viserait des patients à risque cardiovasculaire bien plus modéré (par exemple

Protocole de l'étude ARRIVE

Aspirin to Reduce Risk of Initial Vascular Events




versus

versus

vsvsvs