ESC : Insuffisance mitrale secondaire : valvuloplastie mitrale percutanée ou traitement médical ? Une réponse claire et nette !

  • Dr Philippe Tellier

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L'insuffisance mitrale secondaire (IMS) anciennement dite fonctionnelle se caractérise par l'absence d'anomalies structurelles des cordages ou des feuillets de l'appareil valvulaire, à la différence des formes primitives. Elle résulte d'altérations de la fonction et de la géométrie du ventricule gauche (VG). L'IMS sévère constitue un signe de gravité en cas d'insuffisance cardiaque avec baisse notoire de la fraction d'éjection du VG (FEVG), mais rien ne prouve qu'elle puisse contribuer per se au pronostic de la cardiopathie sous-jacente.

Quelques études d'observation issues de registres suggèrent que la valvuloplastie mitrale percutanée (VMP) face à une IMS sévère améliore l'état fonctionnel et la qualité de vie. Cependant, ces effets sont purement symptomatiques et aucune étude n'a pu démontrer que cette stratégie thérapeutique avait une incidence significative sur d'autres critères d'efficacité, qu'il s'agisse de la mortalité ou de la morbidité. D'ailleurs, les recommandations tant européennes qu'étatsuniennes n'incitent guère à pratiquer une VMP ou une valvuloplastie chirurgicale dans ce contexte compte tenu du faible niveau de preuve qui se dégage des études publiées.
Une étude randomisée en bonne et due forme

Percutaneous Repair with the MitraClip Device for Severe Functional/Secondary Mitral Regurgitation




Quel impact sur la mortalité globale et les hospitalisations ?

vs