ESC : DAPA-HF : la dapagliflozine sort du cadre du diabète

  • Dr Jean-Claude Lemaire et Dr Eric Tison

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La dapaglifozine est un inhibiteur du cotransporteur sodium/glucose de type 2 (SGLT2) développée pour la prise en charge du diabète de type 2. Cependant, au cours du développement, et lors des études imposées de sécurité cardiovasculaire, il a été documenté un impact important sur la survenue et la progression de l'insuffisance cardiaque. D'où la mise en place de l'étude DAPA-HF (Dapagliflozin And Prevention Of Adverse-outcomes In Heart Failure Trial).

DAPA-HF est une étude randomisée contrôlée menée sur 4 744 patients ayant une insuffisance cardiaque à fraction d'éjection réduite.

Une randomisation 1:1 a permis l'obtention d'un bon équilibre des caractéristiques des patients du dapaglifozine 10 mg/j (n = 2 373) et du bras placebo (n = 2 371): âge moyen 66 ans, 76 % d'hommes, fraction d'éjection moyenne 31 %, 55 % d'étiologie ischémique, 42 % de diabétiques. Outre la dapagliflozine ou le placebo, les patients recevaient un traitement médical optimal. Le critère principal d'évaluation était la somme des décès cardiovasculaires et des aggravations de l'insuffisance cardiaque.

Les résultats montrent que, dans le cadre d'un suivi médian de 18,2 mois, la dapagliflozine l'emporte nettement sur le placebo avec d'une part une diminution du risque de 26 % (Hazard ratio [HR] = 0,74 ; p

Les résultats vont dans le même sens et sont du même ordre dans tous les sous-groupes testés, en particulier que les patients soient ou non diabétiques, et quelles que soient les molécules utilisées pour le traitement standard optimal. Ils sont associés à une amélioration significative de la qualité de vie et à une moindre dégradation de la fonction rénale dans le bras dapaglifozine.

Aucun signal n'a été relevé en termes de sécurité d'emploi, en particulier pas d'excès de fractures ni d'amputations, ce que faisaient craindre certains signaux préalables.

Atout supplémentaire, il a été documenté une réduction de 17 % de la mortalité globale (HR = 0,83 ; p = 0,022).

Lors de la communication de ces résultats en conférence de presse et lors de la première session hotline de cet ESC 2019, John McMurray a parlé « d'avancée majeure ». Il a souligné que l'ampleur du bénéfice était de l'ordre de celui observé à l'époque de l'apparition des IEC et, qu'ici, ce bénéfice était obtenu chez des patients déjà sous traitement optimal selon les critères actuels.