ESC 2020 — L’évolocumab fait baisser le cholestérol LDL dans le cadre de l’hypercholestérolémie familiale hétérozygote pédiatrique


  • Pavankumar Kamat
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’évolocumab a été bien toléré et a permis de faire baisser efficacement le cholestérol à lipoprotéines de basse densité (Low-Density Lipoprotein, LDL) chez des patients pédiatriques atteints d’une hypercholestérolémie familiale (HF) hétérozygote déjà traités par statines avec ou sans ézétimibe.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’HF est l’une des maladies génétiques les plus répandues dans le monde, bien qu’elle reste massivement sous-diagnostiquée, avec seulement 15 à 20 % des cas identifiés.

Méthodologie

  • HAUSER-RCT est un essai multinational mené sur 24 semaines auprès de 157 patients âgés de 10 à 17 ans, atteints d’une HF hétérozygote déjà traités par statines avec ou sans ézétimibe et qui présentaient des taux de cholestérol LDL d’au moins 130 mg/dl et des taux de triglycérides allant jusqu’à 400 mg/dl.
  • Les patients ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir de l’évolocumab (n = 104) ou un placebo (n = 53), sous forme d’injections sous-cutanées mensuelles.
  • Financement : Amgen.

Principaux résultats

  • À la semaine 24, pour l’évolocumab, par rapport au placebo :
    • La variation en pourcentage du cholestérol LDL, par rapport à l’inclusion, était de -44,5 %, contre -6,2 %, respectivement (différence : -38,3 points de pourcentage ; P 
    • La variation absolue du cholestérol LDL était de -77,5 mg/dl, contre -9,0 mg/dl, respectivement (différence : -68,6 mg/dl ; P 
  • Critères d’évaluation secondaires liés aux lipides pour l’évolocumab, par rapport au placebo :
    • La variation en pourcentage du cholestérol à lipoprotéines autres que de haute densité était de -41,2 %, contre -6,1 %, respectivement (différence : -35,0 points de pourcentage ; P 
    • La variation en pourcentage de l’apolipoprotéine B était de -34,9 %, contre -2,4 %, respectivement (différence : -32,5 points de pourcentage ; P 
  • L’incidence des événements indésirables pendant la période de traitement était comparable dans les groupes de l’évolocumab et du placebo (tous événements indésirables confondus : 62 % et 64 %, respectivement).

Limites

  • La durée de l’étude était relativement courte.
  • La majorité des participants étaient d’origine ethnique blanche.

Commentaire d’expert

L’auteur principal, le Dr Daniel Gaudet, PhD, a déclaré : « La grande majorité des patients pédiatriques atteints d’une HF peuvent atteindre les taux cibles de LDL avec des statines et l’ézétimibe, mais 5 à 10 % des patients peuvent nécessiter un traitement supplémentaire. Nous avons à présent démontré que l’évolocumab est sûr et efficace pour ces patients, et qu’il peut être utilisé pour combler ce manque. »