ESC 2019 — Pas d’acide acétylsalicylique pour les personnes en bonne santé âgées de plus de 70 ans


  • Emily Willingham, PhD
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Même chez les personnes en bonne santé âgées de plus de 70 ans présentant le risque le plus élevé de maladie cardiovasculaire (MCV), l’acide acétylsalicylique à faible dose est à éviter complètement.

Pourquoi est-ce important ?

  • Une précédente analyse a démontré une mortalité toutes causes confondues supérieure inattendue chez les adultes plus âgés en bonne santé, qui était associée aux décès liés au cancer.
  • Alors que le nombre de personnes atteignant l’âge de 70 ans sans MCV manifeste « augmente de plus en plus », il devient nécessaire de trouver des méthodes plus efficaces pour déterminer quelles populations sont les plus susceptibles de bénéficier de l’acide acétylsalicylique, a déclaré l’auteur de l’étude, Christopher Reid, de l’université Curtin (Curtin University) de Perth, en Australie.
  • Les recommandations européennes ne conseillent déjà pas l’acide acétylsalicylique en prévention des MCV, mais on ne sait pas si ces résultats peuvent varier en fonction du risque de MCV et de l’âge.  

Résultats

  • Les personnes dans le groupe de risque de MCV le plus faible n’ont tiré aucun bénéfice de survie ou de survie sans incapacité du traitement par acide acétylsalicylique, mais avaient présenté le risque hémorragique le plus élevé (RR : 2,60 ; P = 0,01 ou P 
  • Le groupe de risque de MCV le plus élevé présentait des taux d’événements de MCV inférieurs :
    • Selon le score de Framingham : 0,72 (IC à 95 % : 0,54–0,95).
    • Selon le calcul des MCV athéroscléreuses : 0,75 (IC à 95 % : 0,58–0,97).
  • Le risque hémorragique était plus faible dans ce groupe, mais aucune amélioration de la survie sans incapacité n’a été observée.

Protocole de l’étude

  • Analyse post-hoc non préspécifiée de l’essai ASPREE.
  • Le critère d’évaluation principal de cette analyse était la survie sans invalidité. 

Limites

  • Aucune équation de risque ne s’applique aux personnes de plus de 80 ans.