ESC 2019 — Le SCA avec une évaluation invasive planifiée : le prasugrel est supérieur au ticagrélor


  • Emily Willingham, PhD
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’un syndrome coronaire aigu (SCA) et présentant un infarctus du myocarde à surélévation du segment ST (STE[MI]) ou sans (Non STEMI), pour lesquels une évaluation invasive est planifiée, ont un taux de mortalité/d’IM/d’AVC à 1 an inférieur avec le prasugrel, par rapport au ticagrélor.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le prasugrel et le ticagrélor ont tous deux des recommandations de classe I pour le traitement du SCA, du STEMI ou du Non STEMI, mais les résultats relatifs à 1 an de ces médicaments lorsqu’ils sont administrés à des patients avec une évaluation invasive planifiée ne sont pas clairs.
  • Les auteurs notent que cet essai a non seulement comparé deux médicaments, mais également deux stratégies de traitement antiplaquettaire (prétraitement par ticagrélor, par rapport à une dose de charge de prasugrel différée, après la détermination de l’anatomie coronaire dans le cadre du Non STEMI).
  • Dans un sondage Twitter non officiel réalisé pendant la conférence, 51 % des 158 répondants ont affirmé qu’ils choisiraient dorénavant le prasugrel en premier lieu, 15 % ont déclaré qu’ils opteraient pour le ticagrélor, et 35 % ont répondu qu’ils individualiseraient le traitement.

Résultats

  • Taux de mortalité toutes causes confondues/d’IM/d’AVC à 1 an avec le ticagrélor, par rapport au prasugrel :
    • 9,3 % contre 6,9 %.
    • RR : 1,36 (IC à 95 % : 1,09–1,70 ; P = 0,006).
  • Des résultats similaires ont été obtenus pour l’indice composite de décès cardiovasculaire/d’IM/d’AVC.
  • Les résultats composites étaient dirigés par l’IM.
  • Le taux de saignements majeurs était similaire entre les groupes.
  • À 1 an, 15,2 % des patients sous ticagrélor et 12,5 % de ceux sous prasugrel avaient arrêté le traitement (P = 0,03). 

Protocole de l’étude

  • Essai multicentrique (21 centres en Allemagne, 2 en Italie), randomisé, en ouvert ; 4 018 patients atteints d’un SCA (41,1 % présentant un STEMI suspecté, 46,2 % un Non STEMI suspecté, le reste présentant un angor instable) pour lesquels une évaluation invasive était planifiée, ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir du ticagrélor (n = 2 012) ou du prasugrel (n = 2 006).
  • Financement : Centre allemand pour la recherche cardiovasculaire ; Deutsches Herzzentrum München.

Limites

  • L’incidence de l’IM étaient inférieure à celle attendue ; essai en ouvert.