ESC 2019 — Le risque de crise cardiaque précoce est plus que triplé chez les adolescents ayant l’IMC le plus élevé


  • Emily Willingham, PhD
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les jeunes hommes ayant l’IMC le plus élevé à 18 ans présenteraient trois fois plus de risque de faire une crise cardiaque avant 65 ans.
  • Les résultats présentés pour 1,7 million d’adolescents suggèrent un risque accru même avec une augmentation de l’IMC restant pourtant dans la plage normale. 

Pourquoi est-ce important ?

  • Les auteurs appellent à des mesures urgentes sur tous les fronts, y compris sur le plan clinique, pour stopper l’épidémie d’obésité infantile. 

Résultats

  • Les chercheurs ont rapporté une augmentation du risque détectée à partir d’un IMC de 20 (kg/m2), soit un IMC normal-faible.
  • Avec un IMC de 35, le risque était plus de 3,5 fois plus élevé.
  • Par rapport à un IMC entre 18,5 et 20,0, les RR ajustés (IC à 95 %) étaient de : 
    • 1,17 (1,12–1,43) avec un IMC entre 20 et
    • 1,51 (1,44–1,59) avec un IMC entre 22,5 et
    • 2,64 (IC non donné) avec un IMC entre 27,5 et 29,9 ; 
    • 3,05 (IC non donné) avec un IMC entre 30 et 34,9 ; et
    • 3,47 (2,75–4,39) avec un IMC de 35 ou plus.

Protocole de l’étude

  • L’étude couvrait des données issues de 1 668 921 hommes nés en Suède, entre 1950 et 1987, inscrits au service militaire obligatoire à 18 ans, et pour lesquels l’IMC et d’autres informations avaient été recueillis.
  • Suivi de 1969 à 2016, pendant 46 ans maximum, en utilisant les données des registres de patients et des décès.
  • Le risque d’événement coronaire aigu (hospitalisation/décès) a été évalué.

Limites

  • Seuls les hommes ont été inclus, uniquement en Suède ; la généralisation aux femmes ou à d’autres régions n’est donc pas connue.