ERS 2020 — Le schéma indacatérol/glycopyrronium/mométasone à dose élevée réduit les exacerbations de l’asthme, comparativement à un schéma à dose moyenne


  • Sarfaroj Khan
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une dose élevée de l’association acétate d’indacatérol (IND)/bromure de glycopyrronium (GLY)/furoate de mométasone (FM) une fois par jour a entraîné une réduction significative du taux annualisé d’exacerbations modérées ou sévères de l’asthme de 21 %, et du taux d’exacerbations sévères de 31 %, chez des patients atteints d’asthme non contrôlé avec les traitements par inhalation actuels, comparativement à une dose moyenne.
  • Les doses moyennes et élevées du schéma IND/GLY/FM étaient bien tolérées après 52 semaines de traitement.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats valident le potentiel du schéma IND/GLY/FM à dose élevée comme option d’augmentation efficace du traitement visant à améliorer la réduction des exacerbations de l’asthme chez les patients atteints d’asthme non contrôlé.

Méthodologie

  • IRIDIUM était un essai contrôlé randomisé de phase III de 52 semaines ayant inclus 3 092 patients atteints d’asthme non contrôlé.
  • Les patients ont été randomisés selon un rapport de 1:1:1:1:1 pour recevoir une dose moyenne du schéma IND/GLY/FM (150/50/80 µg), une dose élevée du schéma IND/GLY/FM (150/50/160 µg), une dose moyenne du schéma IND/FM (150/160 µg), une dose élevée du schéma IND/FM (150/320 µg) ou une dose élevée du schéma salmétérol/fluticasone (50/500 µg).
  • Cette analyse post hoc de l’essai IRIDIUM a évalué la réduction des exacerbations avec une dose élevée ou moyenne du schéma IND/GLY/FM sur 52 semaines.
  • Financement : Novartis a financé l’essai IRIDIUM.

Principaux résultats

  • Le schéma IND/GLY/FM à dose élevée, comparativement au même schéma à dose moyenne, a démontré des réductions cliniquement significatives du taux annualisé de :
    • Exacerbations modérées ou sévères (rapport des taux [RT] : 0,79 ; IC à 95 % : 0,64–0,97 ; P = 0,026) ;
    • Exacerbations sévères (RT : 0,69 ; IC à 95 % : 0,54–0,88 ; P = 0,003).
  • La dose plus élevée a également entraîné une réduction du taux annualisé de l’ensemble des exacerbations (légères/modérées/sévères) de 14 %, mais ce résultat n’était pas statistiquement significatif (RT : 0,69 ; IC à 95 % : 0,71–1,05 ; P = 0,132).
  • La proportion de patients ayant présenté des exacerbations modérées ou sévères, des exacerbations sévères ou des exacerbations quelles qu’elles soient était de 30,2 %, 21,8 % et 40,2 %, respectivement, dans le groupe recevant une dose élevée du schéma IND/GLY/FM, et de 32,6 %, 24,5 % et 40,3 %, respectivement, dans le groupe recevant une dose moyenne du schéma IND/GLY/FM.
  • Les deux doses étaient bien tolérées ; les événements indésirables (EI ; taux d’incidence [Incidence Rate, IR] : 9,2 contre 8,4 pour 100 patients-années) et les EI graves (IR, 8,2 contre 8,8 pour 100 patients-années) étaient comparables entre les groupes à dose élevée et moyenne.

Limites

  • Analyse post hoc.