ERS 2020 — Le géfapixant réduit la fréquence de la toux en cas de toux chronique réfractaire ou inexpliquée

  • Univadis
  • Conference Report
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le géfapixant réduit de manière significative la fréquence de la toux, mesurée objectivement sur 24 heures, chez des patients atteints de toux chronique réfractaire (TCR) ou de toux chronique inexpliquée (TCI).

Pourquoi est-ce important ?

  • Actuellement, aucun traitement n’est autorisé pour la TCR ou la TCI qui représentent un fardeau significatif pour la santé. 
  • Il a précédemment été démontré, dans des essais de phase II, que le géfapixant, un nouvel antagoniste des récepteurs P2X3, entraîne une réduction de la fréquence objective de la toux.

Méthodologie

  • COUGH-1 et COUGH-2 sont des essais de phase III randomisés et contrôlés contre placebo, menés en double aveugle.
  • 730 adultes inclus dans COUGH-1 et 1 314 adultes inclus dans COUGH-2 ont été répartis de manière aléatoire dans l’un des 3 groupes suivants : géfapixant 45 mg 2 fois par jour, géfapixant 15 mg 2 fois par jour, ou placebo.
  • Les critères d’évaluation principaux étaient la fréquence de la toux sur 24 heures à 12 semaines (COUGH-1) et à 24 semaines (COUGH-2), ainsi que la sécurité d’emploi et la tolérance.
  • Financement : Merck and Co., Inc.

Principaux résultats

  • L’estimation de la réduction relative de la fréquence de la toux sur 24 heures avec une dose de 45 mg, comparativement au placebo : 
    • était de -18,45 (IC à 95 % : -32,92 à -0,86 ; P = 0,041) à 12 semaines ;
    • et de -14,64 (IC à 95 % : -26,07 à -1,43 ; P = 0,031) à 24 semaines.
  • La réduction de la fréquence de la toux avec une dose de 15 mg n’était pas statistiquement significative, que ce soit dans COUGH-1 (P = 0,872) ou COUGH-2 (P = 0,875).
  • Les événements indésirables (EI) les plus fréquents avec une dose de 45 mg étaient liés au goût ; ils ont été signalés par 58,0 % des participants à COUGH-1 et par 68,6 % des participants à COUGH-2.
  • Les EI graves étaient rares et leur incidence était similaire entre les groupes de traitement.