ERS 2020 — Le dupilumab à long terme est bien toléré chez les patients asthmatiques


  • Antara Ghosh
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients présentant un asthme modéré à sévère, un traitement à long terme par dupilumab était bien toléré, avec un profil de sécurité d’emploi à long terme cohérent avec celui observé dans les essais parents à court terme.
  • Chez les patients non dépendants des corticostéroïdes oraux (CSO), le dupilumab a maintenu l’efficacité clinique observée dans les études parentes, notamment un taux d’exacerbation faible persistant et une amélioration durable de la fonction pulmonaire.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’efficacité et la sécurité d’emploi du dupilumab pendant une période allant jusqu’à un an ont déjà été démontrées.

Méthodologie

  • LIBERTY ASTHMA TRAVERSE, une étude d’extension en ouvert (EEO), a évalué 2 282 patients présentant un asthme modéré à sévère ou un asthme sévère dépendant des CSO, ayant terminé une précédente étude sur le dupilumab dans le cadre de l’asthme (P2b DRI, EXPEDITION, QUEST ou VENTURE).
  • Les patients ont reçu un traitement adjuvant par dupilumab sous-cutané (300 mg) toutes les 2 semaines pendant un maximum de 96 semaines.
  • Les événements indésirables liés au traitement (EIT), le taux d’exacerbations annualisé (TEA) d’asthme sévère au cours de la période de traitement, et l’évolution par rapport à l’inclusion dans l’étude parente du volume expiratoire maximal en 1 seconde (VEMS) jusqu’à la semaine 96 ont été évalués.
  • Financement : GSK, Sanofi.

Principaux résultats

  • Le taux d’EIT dans la population globale de l’étude parente était comme suit :
    • P2b : 75–83 % ;
    • QUEST : 81–83 % ; et
    • VENTURE : 62–64 %.
  • Les taux d’EIT dans l’EEO étaient similaires à ceux observés dans l’étude parente, sans aucun nouveau signe d’alerte concernant la sécurité d’emploi identifié chez les patients des études suivantes :
    • P2b : 79,3 % dans le bras placebo/dupilumab ; 87,6 % dans le bras dupilumab/dupilumab ;
    • QUEST : 80,1 % dans le bras placebo/dupilumab ; 77,9 % dans le bras dupilumab/dupilumab ; et
    • VENTURE : 76,3 % dans le bras placebo/dupilumab ; 77,8 % dans le bras dupilumab/dupilumab.
  • Des événements indésirables graves ont été observés chez 9 à 13 % des patients.
  • Les EIT entraînant une interruption du traitement étaient rares.
  • Le faible TEA non corrigé observé lors de l’étude parente chez les patients non dépendants des CSO s’est maintenu dans l’EEO :
    • P2b : 0,314 dans le bras placebo/dupilumab ; 0,330 dans le bras dupilumab/dupilumab ; et
    • QUEST : 0,351 dans le bras placebo/dupilumab ; 0,331 dans le bras dupilumab/dupilumab.
  • Les améliorations du VEMS observées dans l’étude parente chez la population non dépendante des OCS se sont maintenues pendant l’EEO (VEMS moyen à la semaine 96 : 2,02–2,12 l ; variation moyenne en pourcentage, par rapport à l’inclusion dans l’étude parente : 13–22 %).

Limites

  • Méthodologie en ouvert.