ERS 2020 — L’efficacité du benralizumab en pratique réelle dans le cadre de l’asthme éosinophilique sévère


  • Pavankumar Kamat
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les résultats préliminaires d’une étude en pratique réelle ont montré que le benralizumab réduisait de manière significative les taux d’exacerbations chez les patients atteints d’asthme éosinophilique sévère (AES), y compris ceux atteints de rhinosinusite chronique avec polypes nasaux (RCPN). 

Pourquoi est-ce important ?

  • Bien que la sécurité d’emploi et l’efficacité du benralizumab aient été établies dans le cadre d’essais de phase III, peu de données en pratique réelle sont disponibles.

Méthodologie

  • Analyse intermédiaire (n = 61) de l’étude rétrospective et multicentrique ANANKE, qui évalue les caractéristiques cliniques et les exacerbations de l’asthme chez des patients atteints d’AES recevant 12 semaines de traitement par benralizumab.
  • La durée de suivi médiane était de 9,3 mois (intervalle interquartile : 6,1–11,7). 
  • Les taux annualisés d’exacerbations (TAE) ont été évalués avant et après la première injection de benralizumab (date de référence). 
  • Financement : AstraZeneca.

Principaux résultats

  • 34,4 % des patients avaient présenté une RCPN au cours de l’année écoulée.
  • Le TAE était de 4,98 pour les exacerbations quelles qu’elles soient, et de 1,25 pour les exacerbations sévères au cours de l’année précédant la date de référence.
  • Pendant le suivi, le TAE a chuté à 0,38 pour les exacerbations quelles qu’elles soient (réduction de 92,4 %) et à 0,08 pour les exacerbations sévères (réduction de 93,6 %).

Limites

  • L’étude est en cours.
  • Méthodologie rétrospective.