ERS 2020 — Des prescriptions basées sur le génotype sont bénéfiques chez les enfants asthmatiques de 12 à 18 ans


  • Pavankumar Kamat
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La personnalisation des traitements de contrôle en fonction de différences génétiques pourrait être bénéfique chez les enfants asthmatiques de 12 à 18 ans.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’allèle A du gène rs1042713 est associée à une réponse défavorable chez les jeunes asthmatiques traités par corticostéroïdes inhalés (CSI) et par ß2-agonistes à action prolongée (BAAP).

Méthodologie

  • PACT : 241 enfants âgés de 12 à 18 ans, présentant un asthme traité par CSI ont été randomisés (1:1) pour recevoir des soins personnalisés (prescription basée sur le génotype de rs1042713) ou des soins standards (conformément aux recommandations de la Société thoracique britannique [British Thoracic Society]). 
  • Le groupe soins personnalisés a reçu des médicaments de contrôle basés sur le génotype de rs1042713 : les porteurs des génotypes AA et AG ont reçu un antagoniste des récepteurs des leucotriènes et ceux porteurs du génotype GG ont reçu des BAAP. 
  • Le critère d’évaluation principal était l’évolution des scores du questionnaire sur la qualité de vie liée à l’asthme pédiatrique (Pediatric Asthma Quality of Life Questionnaire, PAQLQ) à 12 mois.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Une amélioration significative du score moyen du PAQLQ a été observée dans le groupe soins personnalisés comparativement au groupe soins standards (0,16 ; IC à 95 % : 0,00–0,31 ; P = 0,049), mais cette différence était inférieure au seuil clinique (0,25).
  • Les personnes porteuses du génotype homozygote AA traitées par des soins personnalisés ont présenté la meilleure amélioration du score moyen du PAQLQ, comparativement aux soins standards (0,42 ; IC à 95 % : 0,02–0,813 ; P = 0,041), ce qui était supérieur au seuil clinique. 

Limites 

  • Les enfants plus jeunes (moins de 12 ans) n’ont pas été évalués.

Commentaire d’expert

Le professeur Somnath Mukhopadhyay, qui a dirigé l’étude, a déclaré dans un communiqué de presse : « Ces résultats sont très prometteurs, car ils montrent, pour la première fois, qu’il pourrait être bénéfique de dépister certaines différences génétiques chez les enfants asthmatiques et de sélectionner des médicaments en fonction de ces différences. »