ERS 2019 – Maladies associées à l'asthme et à la BPCO


  • Eliana Mesa
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Aucun test diagnostique actuellement établi ne permet une évaluation objective de la toux par hyperréactivité sensorielle (« cough hypersensitivity syndrome », CHS). Une étude a comparé le mannitol et l'acide citrique dans le cadre d'un test de provocation de la toux, avec des résultats semblables. Le mannitol n'impose aucune préparation avant le test et pourrait donc s'avérer utile pour le dépistage de la CHS.

Dans une étude de cohorte menée auprès de personnes n'ayant jamais fumé atteintes de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) qui ont été suivies pendant 11 ans (n = 338 548), le risque de cancer du poumon était comparable ou supérieur à celui des personnes ayant déjà fumé exemptes de BPCO. La BPCO s'est avérée être un facteur de risque indépendant élevé de cancer du poumon. Un dépistage du cancer du poumon pourrait être envisagé chez les patients atteints de BPCO, quel que soit leur statut vis-à-vis du tabagisme.

Dans une étude rétrospective menée auprès de patients opérés pour un cancer du poumon (n = 208), 75 étaient atteints de BPCO (chez 44 % d'entre eux, le diagnostic de cancer a été posé en même temps que celui de BPCO). Le diagnostic histologique le plus fréquent était l'adénocarcinome (48 %), suivi du carcinome épidermoïde (37 %). Dans la BPCO, le phénotype prédominant était l'emphysème (71 %). L'étude a montré des taux accrus de récurrence, de mortalité et de carcinomes épidermoïdes chez les patients subissant une résection pulmonaire en raison d'un cancer et présentant une BPCO par rapport à ceux qui en étaient exempts.

Pour évaluer l'impact de la BPCO sur la qualité du sommeil, le questionnaire CASIS (questionnaire d'impact de la BPCO et de l'asthme sur le sommeil) a été utilisé dans le cadre d'une étude observationnelle multicentrique (n = 2 654). Chez les patients atteints de BPCO, la qualité du sommeil présentait une corrélation négative avec les symptômes respiratoires, la dysfonction respiratoire, des exacerbations au cours de l'année précédente et la présence d'une dépression.

Une corrélation a été établie entre de faibles taux sériques de vitamine D et la dysfonction respiratoire. Par ailleurs, les propriétés anti-inflammatoires de la vitamine D pourraient influer sur l'évolution de l'asthme. Une étude menée chez 35 témoins en bonne santé et 60 patients a évalué les effets de la supplémentation en vitamine D sur la normalisation de l'asthme et les épreuves fonctionnelles pulmonaires. Les résultats suggèrent des effets positifs, mais des études prospectives de plus grande ampleur devront être menées pour confirmer ces résultats.

Il existe une corrélation entre la BPCO, l'ostéoporose (OP) et la parodontite généralisée (PG). Des patients atteints de BPCO (n = 63) et des témoins appariés (n = 30) exempts de maladie somatique ont été évalués. Des modifications pathologiques systémiques du tissu osseux ont été mises en évidence par densitométrie chez 62 patients atteints de BPCO (98,4 %). L'étude conclut que la probabilité de survenue d'une OP et d'une PG augmente avec l'ancienneté de la BPCO, le tabagisme et la progression de l'obstruction bronchique.

Des patients stables atteints de BPCO (n = 70) ont été étudiés pour évaluer si la salivation, les marqueurs inflammatoires systémiques, les marqueurs salivaires de stress oxydatif, la sarcopénie et la maladie parodontale (MP) étaient corrélés à la BPCO. Des processus de résorption/destruction du tissu osseux étaient présents chez 98,4 % des patients. Un diagnostic d'ostéopénie a été posé chez 26,9 % d'entre eux et 69,8 % étaient atteints d'ostéoporose (6 fois plus que les personnes sans maladie somatique). La probabilité d'ostéoporose augmente avec l'ancienneté de la maladie sous-jacente, le tabagisme et la progression de l'obstruction bronchique.