ERS 2018 — L’azithromycine réduit l’échec de traitement des exacerbations aiguës de la BPCO nécessitant une hospitalisation


  • Sarah Stinnissen
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • De faibles doses d’azithromycine (AZ) pourraient réduire sans risque l’échec de traitement (ET) en cas d’hospitalisation pour une exacerbation aiguë (EA) de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO).

Pourquoi est-ce important ?

  • 20 à 25 % des EA de la BPCO nécessitent une hospitalisation.
  • Alors que plusieurs études ont porté sur la prévention des EA, peu se sont penchées sur leur traitement.
  • Malgré ses propriétés antimicrobiennes et anti-inflammatoires, l’AZ n’est pas largement utilisée pour les EA en raison de préoccupations liées à la sécurité d’emploi (c.-à-d., événements cardiaques, résistance bactérienne).

Protocole de l’étude

  • Cet essai multicentrique, randomisé et en double aveugle portait sur les effets de l’AZ en tant que traitement des EA.
  • 2 063 patients des deux sexes de 15 hôpitaux belges ont fait l’objet d’une sélection pour déterminer leur éligibilité pendant 48 heures après leur hospitalisation, ce qui a donné 301 patients (âge moyen de 67 ans) affectés de manière aléatoire pour recevoir de l’AZ (n = 147) ou un placebo (n = 154).
  • Le groupe AZ a reçu 500 mg/jour pendant 3 jours, puis 250 mg/2 jours pendant une période de suivi de 3 et 6 mois.
  • Le critère d’évaluation principal couvrait les résultats des phases aiguë et postérieure à la sortie de l’hôpital, en mettant l’accent sur l’escalade thérapeutique, l’intensification des soins hospitaliers et la mortalité toutes causes confondues.
  • Financement : Fondation flamande de la recherche.

Principaux résultats

  • Le groupe AZ a enregistré une réduction d’environ 10 % d’ET (P = 0,0526), une réduction de 30 % du taux d’escalade thérapeutique (P = 0,0272) et une réduction de 57 % de l’intensification des soins hospitaliers (P = 0,0030).
  • Il n’y avait pas de différence globale en termes de sécurité cardiaque, et les données sur la résistance bactérienne sont en cours de finalisation.