Épidémiologie et coût des cancers liés à HPV en France

  • Abramowitz L & al.
  • PLoS ONE
  • 1 janv. 2018

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À partir des données 2011-2013 du PMSI, une actualisation des données épidémiologiques et économiques liées aux cancers liés à HPV a été publiée dans PloS One en septembre dernier.

 

Ainsi, en 2013, 7.597 femmes ont été hospitalisées pour un cancer du col de l'utérus, 1.491 pour un cancer de la vulve et 748 pour un cancer du vagin. Leur incidence était de 9,23, 1,54 et 0,96 cas pour 100.000 femmes respectivement : elle croissait avec l’âge pour atteindre un taux de survenue maximum au-delà de 40 ans pour le cancer du col (incidence supérieure à 14/100.000), au-delà de 85 ans (incidence supérieure à 9,4/100.000) pour le cancer de la vulve et entre 70 et 89 ans pour le cancer du vagin (incidence supérieure à 2,96/100.000). Parmi les cas répertoriés en 2013, ceux attribuables au HPV étaient respectivement estimés à 7.597 pour les cancers du col et de 515 pour le groupe des cancers de la vulve et de et 194 et du vagin. Le nombre de cas de cancers du col avait diminué de 3,1 % entre 2011 et 2013.

Concernant les cancers de l’anus, 4.153 patients étaient hospitalisés en 2013, dont 68,2% de femmes. Parmi eux, le nombre de nouveaux cas était de 1.661, dont 70% de femmes (incidence : 2,53/100.000). Élargie aux tumeurs voisines (rectum, canal anal), le nombre de cas/nouveaux cas était de 5.139/2.148 en 2013, soit une incidence de 3,28/100.000 personnes. L’incidence des cancers de l’anus augmentait avec l’âge pour atteindre des valeurs supérieures à 5/100.000 au-delà de 60 ans (max 70-74 ans) et le nombre de cas/nouveaux cas attribuables au HPV était estimé à 3.792 et 1.516.

Enfin, concernant les cancers de la tête et du cou en 2013, 8.794 personnes (dont 70,2% d’hommes et (3.619 nouveaux cas) et 14.730 personnes (dont 79,1% d’hommes et 6.808 nouveaux cas) ont été hospitalisées respectivement pour un cancer de la cavité buccale et de l'oropharynx, à un âge moyen de 64,0 et 61,9 ans. Parallèlement, 2.439 cas complémentaires dont la nature n’était pas spécifiée ont été recensés en 2013. L’incidence annuelle des deux pathologies était ainsi de 5,51 et de 10,38 pour 100.000 personnes. Dans les deux cas, ces chiffres augmentaient avec l’âge, pour atteindre un maximum au-delà de 50 ans pour les premiers et entre 50 et 69 ans pour les seconds.

Le coût moyen de prise en charge hospitalière était compris entre 16.713 euros par patient pour le cancer de l’anus, à 22.991 euros par patient pour le cancer oropharyngé. Les auteurs ont estimé que le coût global (hospitalisation, ambulatoire, allocation d’invalidité) sur 2011-2013 des cas nouveaux cas hospitalisés était compris entre 8,1 millions d’euros pour les cancers du vagin à 221,9 millions d’euros pour les cancers oropharyngés.

Les auteurs soulignent que ces chiffres constituent une base sur laquelle l’impact de la vaccination HPV pourra être évaluée sur les prochaines années.