«Environ 30 % de diagnostics positifs en moins par rapport à la semaine précédente»

  • Anne-Gaëlle Moulun

  • Actualités Médicales par Medscape
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Paris, France — Malgré des chiffres de l’épidémie qui s’améliorent, le Premier ministre et le ministre de la Santé ont appelé à ne pas relâcher les efforts pour lutter contre le COVID-19. Le Premier ministre a détaillé les étapes du déconfinement progressif déjà présentées par Emmanuel Macron mardi 24 novembre.

R0 : l’un des plus bas d’Europe 

« La pression épidémique reste forte mais elle se réduit, en France plus que dans les autres pays européens », a annoncé le Premier ministre, Jean Castex, lors de sa conférence de presse du 26 novembre. « Alors que nous comptions près de 45.000 nouveaux cas par jour début novembre, nous sommes redescendus, en moyenne sur les sept derniers jours, à 17.000 cas par jour, a recensé le Premier ministre. Le taux de reproduction – le fameux R0 – est aujourd’hui de 0,65, soit le niveau atteint lors du premier confinement et l’un des plus bas d’Europe », a-t-il souligné, notant qu’il était encore supérieur à 1 en Italie, en Allemagne et en Suisse. Il a à nouveau souhaité rendre un hommage aux soignants et les remercier pour leur dévouement.

Déconfinement progressif

« Ces chiffres sont encourageants mais restent encore fragiles », a insisté le Premier ministre, qui a ajouté qu’à l’approche des vacances de fin d’année, il ne fallait pas baisser la garde. « Les conditions climatiques hivernales et l’approche des vacances de fin d’année sont deux facteurs de risque très importants que nous n’avions pas au printemps dernier », a-t-il souligné. Il a ensuite détaillé les mesures de déconfinement progressif déjà évoquées par le Président de la République deux jours plus tôt. « La première phase d’allègement s’ouvrira samedi. Les déplacements resteront contraints et l’attestation obligatoire jusqu’au 15 décembre, date à laquelle l’attestation sera supprimée en journée mais restera obligatoire en soirée, où un système de couvre-feu sera mis en place à 21 heures. Enfin, le 20 janvier, s’il n’y a pas de reprise de l’épidémie, il y aura une levée du couvre-feu et une réouverture des restaurants », a détaillé Jean Castex, rappelant que pendant cette période, le télétravail resterait la règle. « Nous ne franchirons ces étapes que si la situation épidémique est favorable », a-t-il insisté.

Pic épidémique et hospitalier franchis

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a confirmé pour sa part que le pic épidémique avait été atteint au cours de la 2e semaine de novembre. « Le nombre de contaminations, de cas positifs au coronavirus et de diagnostics est en diminution constante », a-t-il affirmé. « Chaque semaine on compte environ 30% de diagnostics positifs en moins par rapport à la semaine précédente. Nous avons divisé par trois la pression épidémique », a-t-il indiqué. À ce rythme, il affirme que l’objectif de 5.000 cas par jour pourrait être atteint la 2e semaine de décembre. Il a insisté sur le fait que toute l’Europe était touchée par la deuxième vague massive du coronavirus. « Hier, on comptait 16.000 cas positifs en France, 18.000 cas en Allemagne ou en Angleterre, 26.000 cas en Italie et 180.000 cas aux États-Unis ».

« Cela va mieux »

« La France est le pays d’Europe où la baisse de la pression épidémique est parmi les plus élevée », a-t-il détaillé. Par ailleurs, le pic hospitalier a été franchi la semaine dernière et le nombre de nouvelles hospitalisations, d’admissions aux urgences et en réanimation est désormais en baisse. « Il y a désormais 4.100 patients Covid en réanimation, contre 4.900 il y a dix jours. Hier, cela correspondait à une nouvelle hospitalisation toutes les minutes et à une admission en réanimation toutes les 6 minutes. Des opérations sont encore repoussées et quatre évacuations sanitaires ont été organisées aujourd’hui depuis le CHU de Dijon vers la région Grand Est », a-t-il tenu à préciser. « Cela va mieux, mais l’épidémie n’est pas derrière nous, la seconde vague n’est pas terminée et nous ne devons pas relâcher nos efforts », a-t-il conclu.

Lire la suite de cet article sur Medscape.