Entred 3 : qu’est devenu le diabète en 12 ans ?


  • Serge Cannasse
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le diabète touche 3,3 millions de personnes en France. Entred 3 est la troisième édition d’une étude nationale sur cette pathologie visant à mieux connaître l’état de santé, la qualité de vie, le recours aux soins et le coût des soins des personnes traitées et les évolutions de ces facteurs. Les deux premières éditions avaient eu lieu en 2001 et 2007.

Conduite par Santé publique France, l’Assurance maladie, la Sécurité sociale des indépendants, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé et la Haute Autorité de Santé, Entred 3 sera menée auprès d’un échantillon de 13.000 personnes diabétiques sous traitement médicamenteux tirées au sort. Elle se caractérise par une double approche patient-médecin, l’enquête portant à la fois sur les patients ayant accepté de participer et sur leurs médecins. Après un bref entretien téléphonique, les personnes seront invitées à répondre à un questionnaire, par voie électronique ou postale.

Deux nouveautés par rapport aux enquêtes précédentes : des focus seront faits sur des patients résidant dans les départements d’Outre-Mer (où le diabète est deux fois plus fréquent qu’en métropole) et sur les patients ayant un diabète de type 1, pour lequel peu de données sont disponibles. De plus, Entred 3 s’intéressera aux évolutions récentes de la prise en charge, telles que le recours aux objets connectés ou aux applications de santé.

Les résultats sont attendus à partir de la mi-2020.

En 2007, Entred 2 avait permis de mettre en évidence des évolutions notables par rapport à 2001 :

  • une obésité en progression de 41% parmi les personnes diabétiques ;

  • un tabagisme rapporté par plus d’un tiers des jeunes diabétiques ;

  • une altération de la qualité de vie principalement liée aux complications ;

  • d’importantes inégalités socio-économiques concernant les facteurs de risque (obésité, tabagisme et contrôle glycémique) et les principales complications ;

  • un reste à charge moyen de 660€ par an, portant principalement sur les médicaments, les dispositifs médicaux et les soins dentaires ;

  • une augmentation du coût des soins pris en charge par l’Assurance maladie de 80% (12,5 milliards d’euros en 2007 versus 7,1 en 2001), du fait principalement du nombre de personnes diabétiques et de l’intensification du suivi et des traitements.