Enquête sur le taux de vaccination des enfants français contre le méningocoque C

  • Gaudelus J & al.
  • Med Mal Infect
  • 27 févr. 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

L’enquête annuelle Vaccinoscopie a livré ses enseignements concernant la couverture vaccinale française des enfants et adolescents français contre le méningocoque C en 2017. Elle confirme que celle-ci est insuffisante pour atteindre une immunité de groupe suffisante, avec des chiffres compris entre 50% et 79% selon les tranches d’âge. Les adolescents apparaissaient les moins fréquemment vaccinés, et le taux global de jeunes ayant bénéficié d’une vaccination de rattrapage était faible. Cette analyse a toutefois mis en lumière une bonne acceptation de l’introduction récente de la vaccination des enfants à l’âge de 5 mois. Enfin, l’opinion des mères concernant cette vaccination était globalement bonne, malgré son recours insuffisant. En témoignait le taux de vaccination des enfants qui était supérieur chez ceux dont les mères avaient reçu des conseils de leur médecin que chez les autres. Un argument qui, mêlé à ceux relevant de la santé individuelle et de la santé collective, soutient l’importance du travail d’information et de sensibilisation réalisé par les professionnels de santé.

Contexte de l’étude

L’enquête Vaccinoscopie offre la possibilité de suivre les tendances annuelles concernant les pratiques de vaccination des enfants et l’opinion des mères à leur égard.

Cette publication s’est penchée plus particulièrement sur la couverture vaccinale contre le méningocoque C responsable de méningite invasive dont l’incidence est croissante en France, au contraire de l’ensemble des autres pays européens ayant mis en place un programme de vaccination ciblée.

Pour mémoire, cette vaccination a été introduite dans le calendrier vaccinal en 2010 pour tous les enfants de 1 à 2 ans d’âge avec un rattrapage possible jusqu’à 24 ans. Le schéma actuel recommandé est celui d’une injection à l’âge de 5 mois, suivi d’un rappel à 12 mois.

Principaux résultats

  • En 2017, les taux de couverture vaccinale contre le méningocoque C (TCV) étaient de 65,3%, 77,2%, 78,6% et 49,8% pour les enfants âgés de 12-23 mois, 24-35 mois, 6 ans et 14-15 ans. Parmi les adolescents de 14-15 ans, 39,0% avaient été vaccinés avant 2010, 41,1% entre 2010 et 2012 et 19,8% à partir de 2013.

  • À partir de l’introduction de la recommandation de vaccination à l'âge de cinq mois (avril 2017), les TCV ont augmenté régulièrement, évoluant de 3,7% à 43,0% entre mai et novembre de cette année chez les enfants de 6-8 mois.

  • L’analyse selon le suivi des enfants a montré que les TCV étaient de 66,6% chez les 24-35 mois suivis par le médecin généraliste, contre 88,3% et 91,9% pour les enfants de même âge suivis par un pédiatre ou en PMI. Par ailleurs, les enfants de cette même tranche d’âge étaient 76,9% à être vaccinés si les médecins l’avaient conseillé à la mère, contre 59,7% lorsqu’il n’y avait pas eu de conseil de ce type.

  • Les mères des enfants de 6 ans étaient les plus convaincues de l’utilité ou de la nécessité de cette vaccination (84,1%) contre 77,0% des mères d’adolescents de 14-15 ans. Ces chiffres étaient en baisse par rapport à 2012 (-3 à 10 points selon l’âge). Les principales raisons pour lesquelles les mères avaient un avis contraire était la peur des effets indésirables, le manque d'informations sur la vaccination et la rareté de la maladie.

  • Enfin il était intéressant de noter qu’une partie des mères déclaraient à tort leurs enfants vaccinés : pour exemple, elles étaient 31,5% parmi celles des nourrissons de 12-35 mois et 22,1% parmi celles des adolescents de 14-15 ans à déclarer leurs enfants vaccinés alors qu’ils n’étaient en réalité que 17,4% et 27,0% respectivement.

Financement

L’enquête a été financée par GlaxoSmithKline France.